Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 13:43

Nous nous dirigeons vers le trou noir. Et même si le cours des actions s’est relevé cette semaine, cet effet ne devrait être que de courte durée, et ce pour 3 raisons :

 

1/ Les dirigeants européens sont encore loin d’avoir un plan pour sauver la zone euro, en dépit des nombreuses réunions de cette semaine avec le FMI et la Banque mondiale à Washington. Tout ce qu’ils ont pu préparer, pour l’instant, c’est le plan d’un nouveau plan.

 

2/ Même si l’Europe parvient à résoudre ses problèmes, les perspectives économiques du monde ne sont pas bonnes. Les politiques d’austérité des pays riches ont provoqué un ralentissement des économies.

 

3/ Les politiciens américains s’achoppent toujours sur des questions fiscales, menaçant la possibilité d’une relance économique.

 

La plus grande partie du monde paie les conséquences de la timidité de quelques politiciens à s’attaquer efficacement aux réels problèmes.

 

Le plus grand danger est celui posé par la crise de la zone euro. Les politiciens européens identifient clairement les objectifs : protéger les pays en panne de liquidité mais non insolvables des attaques du marché, comme l’Italie ; recapitaliser les banques européennes, et traiter le problème de la Grèce de façon plus décisive. Mais ils ne sont toujours pas d’accord. Et maintenant, plusieurs indicateurs économiques pointent un ralentissement de la zone.

 

L’économie américaine est boiteuse aussi. Les Etats Unis s’apprêtent à subir l’année prochaine un important serrage de vis fiscal pour tenter de maitriser le déficit colossal avec des coupes budgétaires draconiennes qui devraient se poursuivre jusqu’en 2013. L’Amérique, très prompte à critiquer les Européens en la matière, est elle-même en train de se pousser à la récession avec sa politique fiscale. Mais ses politiciens, qui se positionnent déjà dans la course aux élections de 2012, semblent bien peu s’en préoccuper.

 

Quant aux pays émergents, ils n’ont récemment pas été épargnés par les marchés. Certains commencent à être endettés, et il est probable qu’il ne faut guère compter sur eux comme on avait pu le faire en 2008.

 

Après la débâcle de Lehman Brothers, les politiciens avaient en général pris les bonnes décisions, permettant une reprise économique dans les pays occidentaux.

 

Mais aujourd’hui, en plus de n’être d’aucune aide, les gouvernements aggravent les problèmes :

 

- Soit ils ont opté pour des politiques d’austérité à court terme qui entravent la relance mondiale,

 

- Soit ils manquent d’honnêteté et échouent à expliquer la nature réelle des problèmes à leurs électeurs.

 

En Allemagne, où le taux de chômage est inférieur à son niveau de 2008, les gens pensent que la crise de l’euro ne provient que de la paresse des Grecs et des Italiens. Angela Merkel doit leur rappeler que les banques allemandes sont aussi exposées, et qu’ils doivent choisir les sauvetages des pays, certes onéreux, mais moins chers qu’il ne leur en coûterait si leurs banques faisaient faillite.

 

Aux Etats Unis, les Républicains doivent cesser leur politique de blocage systématique et leurs simplifications trompeuses, tandis qu’Obama doit arrêter de n'envisager les choses que sous le prisme de la lutte des classes. « En ces temps de difficultés énormes, les politiciens ont l’air de Lilliputiens. C’est la véritable raison d’avoir peur ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : never-surrender
  • never-surrender
  • : face à l'intoxication des masses...notre devoir est de diffuser l'info censurée!!!
  • Contact

Additif alimentaires industriels dangereux

 

 

Recherche

Observatoire du FN

Twitter

TheChangeBook

English

 

Espana

 

Stay Alert!!!