Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 09:51

Le premier jour, Loïc Sécher a un peu parlé. Debout, face à la cour, il a raconté ses sept ans et demi de prison

 

- "2 655 jours", dit-il

- sa tentative de suicide, son quotidien de détenu condamné à l'isolement pour ne pas subir le sort réservé aux "pointeurs",les violeurs dans la langue carcérale, et les terres qu'il a dû vendre pour payer ses frais de défense.

 

Il a dit aussi que, maintenant, il n'avait qu'un seul souhait, "retourner dans l'anonymat". Puis il s'est rassis dans le prétoire et il a écouté les autres. Ce n'était plus son procès, c'était le leur.

 

Celui d'une justice qui, à Nantes en 2003, puis en appel à Rennes en 2004, l'a condamné à seize ans de réclusion criminelle pour viols et agression sexuelle sur la foi des déclarations d'une adolescente en miettes.

Jusqu'au jour où son accusatrice, Emilie, a déclaré qu'elle avait menti. Le 13 avril 2010, au vu de ces "faits nouveaux", la chambre criminelle de la Cour de cassation statuant en cour de révision a annulé le verdict qui condamnait Loïc Sécher et l'a renvoyé devant une nouvelle cour d'assises.

 

Vendredi 24 juin, après cinq jours de débats, la cour d'assises de Paris, présidée par Nadine Ajjan, a acquitté Loïc Sécher. Ce fut un procès presque ordinaire. Avec un accusé, des parties civiles, des témoins qui défilent. C'est même peut-être ce qui a été le plus troublant, jusqu'au vertige, cet impeccable déroulé du rituel judiciaire, tout entier dévoué à traquer les mécanismes de l'erreur et à semer le doute, là où d'autres, sans doute avec la même minutie, avaient cru trouver les preuves de la vérité.

 

"Lorsque la justice met un homme en procès, elle se met elle-même en jugement devant l'histoire. De même que le condamné peut faire appel, il peut arriver que la justice bénéficie d'une deuxième chance.

Cette chance, nous l'avons, c'est la révision", a dit l'avocat général François-Louis Coste en ouvrant, jeudi, son réquisitoire en faveur de l'acquittement de Loïc Sécher.

 

Pour cela, il avait fallu reprendre l'histoire à son début. Chercher à comprendre pourquoi et comment un homme qui criait son innocence n'avait jamais été entendu. Pourquoi la parole d'une enfant n'avait, elle, jamais été mise en doute.

Mais plus encore, comment des adultes avaient peu à peu enfermé une adolescente dans son mensonge. C'est sous ce prisme-là que tous ceux qui, hier, avaient cru Emilie, ont été interrogés. Comme ces deux professeurs venus expliquer à la barre, d'une voix étranglée, comment ils s'étaient convaincus au fil des mois qu'Emilie était victime d'abus sexuels. Il était alors beaucoup question de la circulaire "concernant les violences sexuelles" envoyée trois ans plus tôt par la ministre de tutelle, Ségolène Royal, à tous les responsables d'établissement scolaire, les incitant à entendre "la parole de l'enfant qui a trop longtemps été étouffée", et à signaler immédiatement aux autorités judiciaires les confidences des élèves "sur les faits dont ils affirment être victimes".

 

Ils ont raconté cette réunion, organisée un samedi matin dans la salle des professeurs où, pressée de questions, l'adolescente avait fini par dire que "oui" elle avait été violée, que "oui", il s'agissait d'un adulte. "C'était un jeu de questions-réponses, elle parlait très peu. Sans doute, on a été maladroits. Mais nous, on voyait qu'elle allait mal. On a réagi avec empathie avec une enfant qui souffrait", a dit l'un d'eux. Ils avaient aussitôt alerté les parents, qui avaient alerté le médecin, puis les gendarmes. Emilie avait, encore une fois, été pressée de questions. Et à son père, qui lui avait lâché le nom de Loïc Sécher, parce que c'était un voisin, que depuis quelque temps il buvait et qu'il avait un comportement "bizarre", elle avait répondu que "oui", c'était lui.

 

La machine judiciaire s'est enclenchée et rien n'a pu l'arrêter. Plus Emilie souffrait, plus on la croyait. Pendant l'instruction, l'avocat de Loïc Sécher avait demandé en vain une confrontation entre son client et celle qui l'accusait. Trop douloureux pour la plaignante, avait estimé la juge.

 

En décembre 2003, lorsque son procès s'est ouvert à Nantes, on débattait, au Parlement, du texte allongeant le délai de prescription des crimes sexuels à vingt ans et une proposition de loi suggérait d'instaurer une "présomption de la crédibilité de la parole de l'enfant".

Cinq mois plus tard, en mai 2004, pour ne pas aggraver la souffrance d'Emilie, le président de la cour d'assises d'appel de Rennes avait fait sortir Loïc Sécher du box pendant qu'elle déposait. Au même moment, s'ouvrait à Saint-Omer le procès de l'affaire d'Outreau.

 

Mardi 21 juin, Emilie est venue devant la cour, accompagnée d'un médecin. Depuis dix ans, elle enchaîne les séjours en hôpital psychiatrique. La présidente avait exigé sa présence.

 

D'elle, on a aperçu un visage poupin, une silhouette un peu épaisse, toute secouée de tremblements. A huis clos, elle a confirmé qu'elle avait menti. Qu'elle avait préféré accuser à tort et laisser condamner un homme plutôt que de trahir tous les adultes qui avaient mis leur confiance en elle. Assis sur une chaise, juste à côté d'elle, Loïc Sécher a pleuré.

 

Dans sa plaidoirie en défense, Me Eric Dupond-Moretti a rappelé qu'une demande d'enregistrement intégral de ce procès avait été déposée auprès du premier président de la cour d'appel de Paris et que celui-ci l'avait refusée. "Pourtant, a-t-il lancé, une audience comme celle-là, ça vaut 100 heures de cours à l'Ecole nationale de la magistrature !"

Repost 0
Published by never-surrender - dans Lucha sigue!!!
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 21:13

Les forces de l’ordre assurent quotidiennement un travail considérable, malgré des coupes permanentes dans les crédits qui leur sont alloués, malgré les suppressions massives de postes et le non-remplacement des départs en retraite.

 

http://www.legrandsoir.info/local/cache-vignettes/L250xH188/arton13821-a6d1b.jpg

 

Mais la dérive du régime politique Français doit aujourd’hui interpeller ces fonctionnaires, qui incarnent le dernier échelon du dispositif de domination oligarchique.

Car ce qui motiva leur engagement au service de l’Etat est aujourd’hui ce qui devrait les motiver à lui désobéir, dans l’intérêt général.

Un certain nombre de fonctionnaires de Police et de Gendarmerie appliquent déjà une résistance passive, que ce soit dans le cadre de la répression routière ou dans la dispersion des manifestations.

 

On se souvient d’ailleurs de ce 23 Mars 2010, à Melun, où une dizaine de Policiers, courageux, tournèrent le dos à Nicolas Sarkozy quand ce dernier entrepris de faire son discours lors de la cérémonie en hommage à un brigadier-chef tué durant son service.

 

Aujourd’hui je m’adresse directement à l’ensemble des Policiers et Gendarmes.

La France est à la veille d’un tournant, d’une révolution populaire qui couve depuis bien lontemps.

Votre engagement au service de la France vous fait honneur, et je sais que la discipline est la première des vertus d’un agent des forces de l’ordre.

Mais lorsque l’Etat tourne le dos à la France, lorsque le gouvernement "viole les droits du Peuple", et lorsqu’une oligarchie utilise vos unités pour son intérêt particulier et non l’intérêt public, votre mission perd son essence, les ordres que vous recever perdent toute légitimité.

 

A cet instant, vous devez assumer ce que beaucoup d’entre vous disent tout bas : le gouvernement que vous servez vous dessert, le drapeau que vous respectez est quotidiennement bafoué par un pouvoir irresponsable et discrédité. Votre position, en tant qu’individus, en tant que citoyens, et en tant qu’institution, vous donne des devoirs, une responsabilité.

 

Les Français comptent sur vous et, secrêtement, espèrent.

 

Ayez conscience de votre position centrale dans le dispositif oligarchique. Comprenez que le Peuple Français a le devoir, la responsabilité historique, de s’insurger.

Accompagnez ce Peuple qui est le vôtre, dans son élan vers la Démocratie réelle, légitime et directe.

 

Votre désobéissance sera historique, et démontrera, le moment venu, l’étendu du courage et de l’éthique qui motivent votre engagement au service de la République. Votre dissidence sera un acte fondateur, marquant à jamais dans les consciences le début d’une nouvelle révolution.

 

Vincent Vauclin Coordinateur National de la Dissidence

 

link


Repost 0
Published by never-surrender - dans Lucha sigue!!!
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 11:38

Le contrôleur des prisons, Jean-Marie Delarue, a mis en garde mardi contre "une industrialisation de la captivité", en présentant son rapport annuel très critique sur la prise en charge des mineurs, le concept de "dangerosité" ou l'accès aux soins.

 

"Si la socialisation n'est plus assurée, la réinsertion sera moins garantie", a déclaré à la presse M. Delarue, en déplorant la "déshumanisation" liée à la taille excessive et à la conception - "béton, barbelés, vidéosurveillance..." - des nouvelles prisons.

 

Dans son rapport de quelque 400 pages, le "contrôleur général des lieux de privation de liberté" rejette les "images naïves", comme celle de la "prison +quatre étoiles+ qui reprend de la vigueur avec la mise en service d'établissements neufs".

 

La réalité est "encore souvent celle de la vétusté et quelquefois du sordide", dit-il. Et pour éviter que "ce qui est neuf" soit vite "dans un état insupportable", il souligne la nécessité d'entretenir correctement les lieux.

Selon lui, "un certain nombre de droits fondamentaux", attachés à la "dignité", au "droit de se défendre" ou au "droit à la santé", sont encore "méconnus en détention". Il se dit par exemple "préoccupé de l'état des soins psychiatriques", pour lesquels il ne "constate nulle amélioration".

 

"La loi multiplie les recours aux psychiatres", a noté M. Delarue. Mais "la loi sème des illusions", parce que "la psychiatrie n'est plus en mesure de faire ce qu'on lui demande, c'est un des +grands corps malades+ de notre société". Le rapport aborde également un "débat majeur", qui "consiste à s'efforcer de prévenir (...) les comportements individuels qui pourraient demain porter atteinte à l'ordre public".

 

On espère tirer de la connaissance de la personnalité, avec moults "observations, fichiers et +cahier électronique+", "une appréciation de la dangerosité" et un moyen de lutter contre la récidive, a expliqué M. Delarue.

"Nous sommes très réticents sur ces notions", a-t-il déclaré, son rapport jugeant ce "discours largement illusoire, au moins en ce qu'il postule que la +science+ du comportement peut préfigurer une conduite future". A propos des mineurs, il déplore que les centres éducatifs fermés (CEF) et les établissements pénitentiaires pour mineurs (EPM) ne répondent pas "à des orientations claires".

 

"On est frappé du manque de coordination du travail des professionnels"... "Beaucoup de centres sont démunis de véritables projets éducatifs..." "Chaque membre de l'équipe agit comme il le peut..." "Les formations initiale et continue demeurent (...) marginales", énumère le rapport. "Avec des bonnes volontés prodigieuses, on fait des choses complètement chaotiques", a insisté M. Delarue, en demandant "d'urgence" des mesures coordonnées.

 

"S'il n'y a ni cohérence, ni stabilité, rien de solide ne se fera", a-t-il estimé. Dans son rapport, il considère même que de brefs séjours "rythmés de demandes et de pratiques contradictoires (...) s'appliquant au même enfant", risquent de conduire "au pire" plutôt qu'au meilleur.

 

Ce rapport paraît "au moment où le contrôleur est conforté dans sa mission", note par ailleurs M. Delarue sur le site de l'institution (www.cglpl.fr). A la différence de quatre autres autorités indépendantes, telles la Halde ou le Défenseur des enfants, il reste "distinct" de la nouvelle entité du Défenseur des droits, "par la grâce du Parlement", a-t-il relevé.

Repost 0
Published by never-surrender - dans Lucha sigue!!!
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 11:33

A diffuser !!! Ce communiqué de presse émane des no border de Calais, victimes de répression après la diffusion des vidéos dénonçant les violences policières à l'encontre des migrants.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE         22 Avril 2011

 

 

La réponse de la police contre " les vidéos de la honte": toujours plus de violence.

 

Hier matin, (jeudi 21 avril à 9h), lors d'une rafle brutale de la police à l'African house ( rue Descartes) trois activistes No Border qui filmaient et observaient ont été arretés violemment et sont poursuivis devant le tribunal.

 

Plus de 20 réfugiés principalement soudanais qui vivaient dans le squat ont été arretés. La police a maltraité physiquement les activistes. Elle a détruit l'une de leurs caméras et effacé les vidéos sur la seconde.

 

"Cela ressemblait avant tout à une revanche suite à la publication des vidéos de No Border sur les sites rue 89 et les inrockcuptibles qui dénonçaient les harcèlements policiers à Calais", dit Martin, un Noborder activiste. Trois activistes ont été arrêtés. Deux d'entre eux qui filmaient le raid ont été violemment attrapés et jetés au sol par la PAF et les CRS. Ils ont passé neuf heures en garde à vue et ils ont plusieurs charges à leur encontre: occupation illégale, résistance avec violence en réunion...

 

le procés aura lieu le 12 juillet à Boulogne sur mer. "Une nouvelle fois, ce procés n'est qu'une stratégie de manipulation , pour détruire l'image de No Border dans l'opinion publique et pour essayer de nous faire peur, de nous décourager à continuer de filmer et témoigner de la réalité calaisienne et de son systéme répressif.

 

Mais nous n'avons pas peur, nous sommes prêts à aller au tribunal pour saisir l'opportunité de gagner ce nouveau procés politique" déclare Marine une activiste. Il y a deux semaines No Border a publié plusieurs videos qui montrent la violence, les harcèlements sexuels, les insultes, les destructions des caméras.

Dans une vidéo qui a été largement visionnée on voit des officiers de la PAF qui arrivent à l'African house au petit matin et réveillent les migrants avec "le dimanche à Bamako". "Les films publiés ne sont que la partie émergée de l'iceberg des harcèlements quotidiens de la police à Calais.

 

Cette violence est systématique et fait partie d'une stratégie globale contre les migrants dans cette ville" dit Martin. "En dehors des vidéos nous avons nombre d'autres documents qui sont prêts à être publiés ou utilisés comme preuves dans une action juridique contre la police.

Nous ne laisserons pas intimider par ces violentes réactions des autorités, cela vient juste conforter nos convictions. A Calais la répression fait loi."

 

Notes aux rédacteurs en chef

 

1) No Borders Calais maintient une présence constante sur Calais depuis Juin 2009. Le travail des militants consiste principalement à faire de la surveillance face aux violences policières et à être solidaire de manières concrètes avec les communautés de migrants.

 

2) L'Africa House est une ancienne usine désafectée dans la Rue Descartes, Calais, ou une centaine de migrants Soudanais, Erythréens, Afghans ont trouvé un refuge.

Repost 0
Published by never-surrender - dans Lucha sigue!!!
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 12:37

http://www.lepoint.fr/images/2011/04/03/autisme-journee-mondiale-petition-sante-285950-jpg_172101.JPG

 

Un petit garçon autiste regarde des bulles de savon au côté d'une éducatrice, au centre Mosaïque de Lille, spécialisé dans la prise en charge des troubles envahissants du développement. © Philippe Huguen / AFP

 

 

Le collectif Autisme veut saisir le Conseil économique, social et environnemental (CESE) pour "évaluer la situation économique" de la prise en charge de cette maladie, qu'il juge actuellement "désastreuse", selon un communiqué diffusé vendredi. "Parce que la prise en charge des 600 000 personnes autistes reste majoritairement inadaptée, inefficace", le collectif, qui rassemble cinq fédérations du secteur, "a décidé de saisir" le CESE "pour réaliser une étude permettant d'évaluer la situation économique et sociale actuelle dans le champ de l'autisme". Cette saisine "s'effectuera par pétition citoyenne, devant obtenir 500 000 signatures", et mise en ligne sur le site du collectif depuis le 2 avril, journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. Le collectif estime "qu'une meilleure prise en charge précoce fera considérablement diminuer le coût économique et social de ce handicap pour la collectivité". Pour les associations, cette prise en charge est aujourd'hui "désastreuse". La ministre des Solidarités Roselyne Bachelot vient de confier une mission à l'ancienne secrétaire d'État Valérie Létard sur le plan autisme 2008-2010. Selon le communiqué du ministère, certains aspects du plan semblent "avoir souffert de retards, notamment dans les développements de formations adaptées" et "l'amélioration de la prise en charge des adultes avec autisme ou TED" (troubles envahissants du développement).

pour signer la pétition: link

Repost 0
Published by never-surrender - dans Lucha sigue!!!
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 14:29

La voix des Rroms (link) soutient pleinement la démarche de l’association M.A.C.H.O (link) , qui a décidé d’entamer une procédure devant la Cour Pénale Internationale contre Nicolas Sarkozy pour crimes de guerre et crimes contre l’Humanité à l’égard des Rroms.

Déclarée le 21 juillet 2010, cette guerre dont la stratégie a été annoncée une semaine plus tard lors d’une réunion entre le président de la France et certains de ses ministres, continue à faire des victimes innocentes.

Les Rroms ont été accusés de tous les maux, et d’après des sources gouvernementales qui préfèrent rester anonymes, la visite de N. Sarkozy au Japon aurait entre autres pour objectif de convaincre les autorités japonaises à répandre la désinformation selon laquelle les incidents de Fukushima ne sont pas dus au tsunami, mais à un groupe de Rroms qui en aurait profité pour commettre un sabotage.

L’enjeu est de taille, car il en va de la survie de l’industrie nucléaire, dans laquelle la France est le 2ème numéro mondial. L’expert qui a mis sur pied ce plan de communication aurait reçu la somme de 5 millions d’euros à titre d’honoraires, mais notre source gouvernementale refuse de dévoiler la provenance de ces fonds.

Entre la piste des entreprises du nucléaire et celle de l’Etat aucune n’est à privilégier, et une coopération financière entre les deux reste autant envisageable. Cette actualité risque de renforcer le dispositif guerrier de Sarkozisthan contre les Rroms.

Les opérations de l’armée française à l’étranger ne devraient cependant pas en pâtir, vu que, s’agissant de la guerre anti-rrom, ce dispositif est essentiellement constitué de policiers, de douaniers et d’agents du fisc. Tout au plus, quelques ingénieurs d’installations nucléaires pourraient joindre le réseau, et la France en dispose assez.

Réussiront-ils là où les spécialistes, à grand renfort médiatique ont échoué, à savoir, apporter des preuves d’une criminalité rrom particulièrement grave ?

Vu leur ingéniosité, ce n’est pas à exclure. Dans ce contexte, la plainte de l’association M.A.C.H.O tombe à point nommé, parce qu’elle remet dans le débat public la fausseté des accusations contre les Rroms.

 

2011-03-10

Les 10 à 12 millions de Roms de l'Union européenne (UE) devraient bénéficier de mesures européennes afin de promouvoir leur intégration sociale, culturelle et économique, ont estimé les eurodéputés dans une résolution adoptée mercredi lors d'une séance plénière du Parlement européen à Strasbourg.

Considérés comme la plus grande minorité d'Europe, les Roms ont souffert de discrimination systématique et luttent contre "un degré intolérable d'exclusion et de violations des droits de l'homme, de stigmatisation grave et de discrimination dans la vie publique et privée", indique le texte adoptée par 576 voix pour, 32 voix contre et 60 abstentions.

A cet effet, les eurodéputés ont défini les domaines prioritaires qui nécessitent davantage d'efforts de la part des autorités locales, nationales et européennes afin d'intégrer les Roms, et invité la Commission européenne à présenter une feuille de route destinée à fixer des normes minimales obligatoires au niveau européen dans les domaines prioritaires de l'enseignement, de l'emploi, du logement et des soins de santé.

La lutte contre l'emploi non déclaré, l'embauche de personnel Roms dans l'administration publique, l'augmentation du nombre d'enseignants roms et l'assurance que les enfants roms reçoivent une éducation dans leur propre langue, figurent également parmi les demandes adressées aux Etats membres de l'UE et à la Commission européenne.

Pour les eurodéputés, les mesures de rapatriement "discutables" des Roms qui ont eu lieu dans plusieurs États membres de l'UE ont créé "la peur et l'anxiété parmi la population rom, ainsi qu'un degré inquiétant d'actes de racisme et de discrimination". La stratégie de l'UE devrait traiter de toutes les formes de violation des droits fondamentaux des Roms, y compris "la discrimination, la ségrégation, les discours de haine, le profilage ethnique et la prise d'empreintes digitales illégales, ainsi que les expulsions illicites", ont souligné les députés européens

Par ailleurs, le Parlement européen a exhorté à créer des organes de l'UE sous la supervision de l'actuelle Task-force Roms, en vue d'assurer l'appui financier de l'UE aux initiatives locales pertinentes et d'identifier et de dénoncer à temps toute utilisation abusive des fonds.

Repost 0
Published by never-surrender - dans Lucha sigue!!!
commenter cet article
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 09:34

http://www.unefois.be/portail/wp-content/themes/thejournalNM/thumb.php?src=http://www.unefois.be/portail/wp-content/woo_custom/53-11415642229.jpg&h=380&w=280&zc=1&q=90

Tout être humain sensible –pour ne pas dire sensé- dans l’état où se trouve la civilisation matérialiste actuelle, ne peut éviter d’adhérer à une quelconque cause qui, selon lui, lutte pour l’amélioration de son sort et/ou du sort de ses semblables. Une multitude d’organismes sont déjà en place dans de nombreux pays, dont le but avoué est d’améliorer la condition humaine. Certaines personnes optent de combattre l’injustice, d’autres, la pauvreté, ou la misère. Peut-être que votre lutte personnelle vise la corruption, ou la pollution ; une lutte contre les OGM, les guerres, le gaspillage, ou contre les Banques excessives ou les Gouvernements minables. Peu importe, nous croyons tous, au moins un jour dans notre vie, à quelque cause susceptible d’améliorer les choses. Nous investissons dans cette lutte du temps ou de l’argent. Ces efforts et cette bonne volonté sont bien louables mais n’atteindront jamais leurs buts, et sont condamnés à se répéter encore et encore pour les siècles à venir… C’est le mythe de Sisyphe. Tant que l’argent existera, la pauvreté demeurera un ennemi impossible à vaincre. Tant que l’argent existera, la pollution ne pourra jamais s’arrêter. Tant que l’argent existera, la production des armes et bombes se poursuivra. Tant que l’argent existera, les travailleurs seront exploités. Tant que l’argent existera, la corruption existera.

http://www.unefois.be/portail/wp-content/uploads/torn-dollar-300x204.jpg

Néanmoins, un seul objectif, une seule lutte embrasse toutes les causes humanitaires, et démantèle toutes les structures et institutions responsables du mal contre lequel nous luttons depuis toujours. C’est la lutte contre l’Argent. La lutte pour l’éradication de l’Argent. L’unique ennemi de l’argent, son ennemi mortel, c’est évidemment la gratuité. Dans ce combat contre l’Argent, mon engagement est de faire connaître aux autres tous les désavantages de ce monde monétariste, et tous les avantages que l’on s’offrira à vivre dans un monde sans l’Argent. La plupart des gens n’ont jamais pris le temps d’y réfléchir et pourtant, il me semble que, travailler gratuitement pour avoir accès gratuitement à toutes les richesses que nous produisons, est une équation facile à comprendre. L’idée de voir un jour les hommes devenir adultes en abolissant l’argent et toute forme de monnaie d’échange entre eux, pour vivre dans une société d’assistance mutuelle, c’est en effet une belle utopie, mais comme il est écrit : l’utopie ne veut pas dire l’irréalisable mais l’irréalisé. L’Homme est une espèce animale atteinte de maladie mentale, la démonstration en est faite depuis toujours par les guerres, la famine, le gaspillage, la pollution et l’existence même de l’Argent. Pour certains l’Argent est une merveilleuse invention ; faudrait m’expliquer comment… Autant que je sache l’argent fut précédé par le troc et l’a réglementé. Promouvoir l’abolition de l’argent ne signifie pas retourner au troc ou à tout autre forme de monnaie d’échange. Pourquoi ne remonte-t-on jamais à cette unique cause, à cet unique principe sur lequel notre société de profit est fondée, et qui veut que l’on ne puisse rien se procurer que contre une valeur d’échange équivalente ? L’échange, c’est ne donner rien pour rien. C’est la négation du don gratuit.

http://www.unefois.be/portail/wp-content/uploads/091206dollar-300x224.jpg

Le système même, le principe, suppose le mépris de l’homme, l’idée que l’homme ne peut être généreux, qu’il est incapable de s’épanouir, de se réaliser s’il n’est sollicité par un profit personnel et égoïste. La logique d’une société sans l’Argent, est que la terre appartient à tous ses habitants et que toutes les richesses que ceux-ci produisent leur appartiennent de plein droit en totalité. La logique de l’économie de marché, la civilisation actuelle, est que la terre appartient à ceux qui ont de l’argent et que toutes les richesses produites par les hommes, sont accessibles en totalité seulement par à une minorité qui ne les produit pas. Il faut y réfléchir Voilà le problème fondamental de l’Argent : faire travailler les humains cela signifie les forcer à travailler. Il y a un tas ‘d’imbécillités’ qui ne se seraient jamais réalisées sans l’Argent. Esclavage des temps modernes comme disait Tolstoï. De voir l’Argent comme un outil puissant pour mettre les hommes au travail, c’est admirer le fouet qui fait avancer le cheval. Nous ne sommes pas des bêtes de somme. Et nous avons déjà assez travaillé comme çà sur cette Terre. A voir l’état de la planète, on paye aujourd’hui pour cette frénésie du travail. Il est grand temps de ralentir nos transports et de commencer à goûter la joie de vivre. Dans notre société actuelle, les gens se différencient par leurs possessions matérielles, ce qui au point de vue général de l’épanouissement spirituel n’a qu’une valeur tout à fait médiocre. Mais une société qui aura choisi de vivre sans argent orientera le développement des facultés humaines dans une direction bien différente. En effet, si tous les objets produits l’ont été sans argent et peuvent être consommés gratuitement, plus personne n’aura l’idée de se mettre en valeur par des possessions que n’importe qui peut acquérir. Qu’est-ce qui poussera alors l’être humain à agir et à accomplir quelque chose de valable dans sa vie ? Dans cette nouvelle société que nous nous efforçons de penser, plus de travail aliénant, plus de dettes, plus d’hyperconsommation débilitante. Le but de la vie humaine ne consistera pas à avoir de plus en plus comme c’est le cas actuellement mais à être de plus en plus. La valeur de l’humain se mesurera selon des critères totalement différents : créativité, spontanéité, intelligence, originalité, sens de l’initiative, etc. Il serait en effet ridicule de vouloir abolir l’argent si ce n’était dans l’intention de changer la nature de la société actuelle. Sans argent, la conscience humaine connaîtra de radicales transformations et ses objectifs seront fondamentalement modifiés. Une fois l’aiguillage monté, il sera difficile de prévoir jusqu’à quels sommets de conscience l’être humain pourra accéder. Il nous faut rêver du paradis terrestre si l’on veut éviter l’enfer Orwellien que l’homme fou est en train d’élaborer…

Quelques liens sur l’utopie :

http://mouvementutopia.site.voila.fr/

http://www.utopia-terre.org/

http://www.mutations-radicales.org

 

Les gouvernements croulent sous les dettes pendant que les grosses entreprises privées font des milliards de profit (dont les banques). On a simplement nationalisé les dettes et privatisé les profits. Une belle magouille!!!

http://www.unefois.be/portail/wp-content/uploads/gator_dees-300x274.jpg

Ce qui est évident, c’est qu’une société sans répartition des richesses est non-viable. Ce qui est évident, c’est que les plus démunis ne peuvent parvenir à combler des besoins vitaux sans une contribution collective. Ce qui est évident, c’est que la liberté est une idéologie qui date de l’époque des lumières. Ce qui est évident est qu’une humanité éclairée partage au lieu de favoriser le chacun pour soi qui profite seulement aux plus riches. La terre est peuplée Par deux catégories d’humains L’ Immense Majorité de ceux Qui produisent toutes les richesses Par leur travail Et l’ Infime Minorité des banquiers Qui produit tout l’argent Par jeu d’écriture. Pour consommer ce qu’elle produit L’Immense Majorité Emprunte tout l’argent A l’Infime Minorité. Mais l’Immense Majorité N’a pas compris Un problème pourtant bien simple. C’est que si on s’endette éternellement Les taux d’intérêt S’accumulent éternellement Et on se ruine. C’est aussi bête que ça Au point que c’est pas croyable. Et parce que c’est pas croyable La fête continue Pour l’Infime Minorité A moins qu’un jour Dans un éclair de lucidité L’Immense Majorité Ne réalise que parce qu’elle Produit toutes les richesses C’est à elle de produire tout l’argent Par jeu d’écriture. Je te tiens mon bonhomme, tu est ficelé, piégé ! Je t’envoie au fond de la mine, ou tu risque ta vie en plus. Puis tu me remontes un kilo de diamants. Je prends ces diamants, j’en retire 100000 euros - et a toi qui est allé les chercher, je te donne 1 euro.

http://www.unefois.be/portail/wp-content/uploads/fed-reserve-300x255.jpg

Tu as besoin de construire une maison, naturellement tu n’auras pas assez pour construire. tu viendras me trouver, et je te preterais 1000 euros. Tu devras me les rendre avec intéret, et tu seras obliger de continuer à travailler pour moi sans broncher. Je te tiens mon bonhomme, tu est ficelé, piégé. Et c’est la société entiere qui se trouve prise dans ce cercle infernal… On pourrait etre tenter de se révolter, mais le baton n’est pas loin alors on préfert la carotte de l’ane pour avancer. C’est nous qui produisons nos propres richesses, ne laissons pas les banquiers s’accaparer ne notre énergie. Et si nous décidons de partager ou de donner cette énergie, laisson nous le choix ou elle doit aller. Les flux de l’énergie humaine, appartiennent à l’humanité, à toute l’humanité. Les financiers sensés gérer ces flux, se sont accaparés de ces flux pour nous asservir, c’est tellement gros que personne n’y croit ou que tout le monde aquiesse. La majorité humaine n’est pas satisfaite de son sort mais accepte. C’est dingue mais je pense que l’on a besoin encore d’une couche ou deux, pour reagir. L’argent du monde n’appartient pas aux banquiers, c’est le fruit de l’énergie de tous. Ils ont crée des penuries artificielles pour maintenir la pression…. alors il faut croire que nous n’avons pas encore assez souffert. Acceptons la limite n’a pas été atteinte c’est pas grave…

http://www.unefois.be/portail/wp-content/uploads/014303_-300x240.jpg

Repost 0
Published by never-surrender - dans Lucha sigue!!!
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 08:41

En France, les semenciers libres subissent des atteintes à la liberté par les visites réitérées des agents de la Répression des Fraudes, qui, sans doute sans le savoir, sont les complices des « saigneurs de la Terre », dénoncés en 1997 par Camille Guillou.

 

Miviludes cible Kokopelli, les salons bio et les médecines non agressives

 

Ainsi, depuis le début de l’année 2004, l’association Kokopelli, qui œuvre dans le sens de la directive de la Communauté Européenne portant sur la conservation de la biodiversité in situ, est harcelée par les agents de la Répression parce qu'une grande partie des semences de plantes potagères qu’elle distribue sont des semences de variétés anciennes, non-inscrites dans le catalogue officiel.

 

Il est scandaleux de constater la pression exercée sur les petits semenciers biologiques qui préservent la biodiversité de notre planète et les plantes qui sont un bien commun, alors que les pollueurs et pilleurs de tout genre continuent à détruire impunément notre environnement, grâce à la complicité des États qui leur distribuent nos deniers sous forme de très fortes subventions, tout en prônant officiellement la « biodiversité ».

 

Dominique Guillet, Président de l’Association Kokopelli, pose la bonne question :

 

« Le catalogue officiel aurait-il été érigé non point pour la protection des jardiniers, mais pour la protection des intérêts financiers des grands groupes et multinationales qui ont racheté la quasi-totalité du secteur semencier depuis 40 années ? »

 

Il est certain qu’il connaît la réponse à cette question. Il rêve d’une planète « avec des semences libres cultivées dans le respect de l'environnement, avec des enfants qui ne meurent plus de faim, avec des jardins et des champs, source de vie et de diversité. »

 

Il conseille à ceux qui possèdent un jardin et aux petits cultivateurs indépendants de semer impérativement de plus en plus de semences interdites, de les donner, les échanger, et produire de jeunes plants de variétés interdites afin de les distribuer autour d’eux et aux pays les plus pauvres, sinon, dans quelques années, il n’y aura plus de semences libres, mais seulement des organismes génétiquement modifiés et des hybrides F1.

 

« Résistons fertilement sinon, dans une dizaine d’années, le jardinage familial sera interdit pour cause d’homogénéisation : il sera devenu une activité à hauts risques bactérien et sociologique. »

 

Espérons qu’ils seront nombreux à l’écouter et que la distribution des variétés interdites évitera leur disparition. Cela fait plus de dix ans que l'Association Kokopelli est victime de la mafia semencière et des tracasseries émanant des « tutelles » du Ministère de l'Agriculture.

 

Elle fait peur aux pouvoirs en place non parce qu’elle vend des graines de tomates ou autres légumes, mais parce qu’elle prône l'autonomie, le jardinage familial, la véritable agro écologie, la production autonome de semences, la résistance des paysans du Tiers-Monde.

Elle s’oppose à l'agriculture chimique, mortifère et cancérigène et le contrôle des peuples par les multinationales de l'agrochimie et de la semence avec la complicité des dirigeants des nations qui ne sont que des pantins dans les mains de ces prédateurs.

 

Parmi eux, le Momagri (Mouvement pour une Organisation Mondiale de l'Agriculture), un lobby international soutenant les OGM et prônant une gestion globale de l'agriculture sur terre.

Sous couvert de défense des agriculteurs, ce groupe d'intérêts privés fait pression sur les gouvernements et les instances démocratiques afin d'obtenir des législations favorables aux membres du Momagri.

Or, parmi les fondateurs du lobby, on trouve Pierre Pagesse, président de Limagrain, leader français des OGM, et Georges Fenech, apôtre de la tolérance zéro, Président actuel de la Miviludes, et payé par notre gouvernement pour être le délateur des risques sectaires qui menacent la santé des consommateurs de nourriture et médecine naturelles.

 

Pourquoi ces privilèges dans un pays qui les a, théoriquement, abolis depuis plus de 200 ans ?

 

C’est lui qui clamait dans les médias que « 60 000 enfants étaient en danger » en France à cause des pratiques de leurs parents, 
alors que le directeur central des Renseignements Généraux Joël Bouchité estimait, quant à lui, que leur nombre s’élevait « tout au plus à quelques dizaines ».

 

Personne n’en a voulu à cet individu d’exagérer à ce point afin de justifier l’existence et les dépenses de la Miviludes. 
 En effet, le dernier rapport de la cour des Comptes a épinglé la voiture de fonction avec chauffeur mise à la disposition de Georges Fenech par le ministère de l’Intérieur, dépense évaluée à plus de 80 000 euros par an, sans compter ses voyages en Guadeloupe, Polynésie, et Nouvelle-Calédonie, afin de traquer le sectarisme avec l’aide de sa conseillère technique, alors que notre gouvernement prône l’austérité.

 


Il faut ajouter ces dépenses les frais d’une équipe permanente d’une dizaine de personnes. Curieusement, depuis les révélations faites dans la presse internet sur l'appartenance pour le moins étonnante de Georges Fenech au Momagri, le nom de Georges Fenech a disparu du site de la Société.

 

A présent, cette secte prétendue « antisecte » s’attaque aux salons bios, concurrents affichés de Momagri, fidèle zélateur des OGM.

En effet, lors du salon Bien-être, Médecine douce et Thalasso, qui regroupait 310 stands du 3 au 7 février 2011 à Paris, les organisateurs ont cru bon de diffuser un message de mise en garde à leurs exposants.

 

Ce message les informait que la Miviludes tenait à ce qu’ils soient conscients des possibilités de dérives et les exhortait à rester vigilants, tous diagnostics et allégations thérapeutiques étant à proscrire.

 

Dans ce tract, les organisateurs prévenaient également que la Miviludes se rendrait sur le salon pour observer les stands (produits, documentations) et entendre les discours tenus (stands et conférences). En outre, afin de bien enfoncer le clou, une affiche précisait :

 

« Les pratiques de soins ou de bien-être non réglementées ou non validées scientifiquement peuvent conduire à des dérives, voire à la commission d'infractions pénales. Soyez vigilants si l'on vous conseille de rompre avec votre famille, votre médecin, votre entourage ou votre traitement médical. » mediator.

 

Autrement dit, lorsque les pratiques de soins sont « validées scientifiquement », comme la consommation de Médiator® et autres poisons mortels, vous ne risquez rien de pénal, mais ceux qui ont conseillé de « rompre » avec ces médicaments, tels les lanceurs d’alerte, risqueraient, d’après cette organisation, de comparaitre devant une « commission d'infractions pénales » !

 

Il est surprenant de constater la peur des organisateurs de ce salon, devant les menaces d’une entreprise tellement déconsidérée et de Monsieur Fenech, dont le cheval de bataille est la défense de la médecine conventionnelle, alors que cette médecine est au centre d’une cascade de scandales et que plus de la moitié de la population se soigne par les méthodes dites douces ou complémentaires qui n’ont jamais d’effets secondaires et n’ont jamais déclenché de scandales tels que celui du Médiator, du Vioxx, de la Thalidomide et quelques centaines d’autres qui n’ont pas encore fait couler assez d’encre pour les dénoncer.

 

En outre, Georges Fenech, ancien substitut général à la Cour d’appel de Lyon, Président de la Miviludes, que certains appellent monsieur Téfal, tellement il traîne de « casseroles » derrière lui, a été reconnu coupable d’« injures publiques raciales », mais sans condamnation (en France les politiques sont parfois coupables mais jamais condamnables).

Cependant, sa conduite l’a obligé à prononcer la dissolution de l’Association Professionnelle des magistrats qu’il présidait et, en décembre 1998, il a dû renoncer à sa nomination au poste de premier juge d’instruction à Paris pour lequel il était pressenti.

 

En 2001, ce personnage a été mis en examen dans le cadre de l'affaire de l’Angola Gate, pour avoir reçu un soutien financier significatif du trafiquant d'armes Pierre Falcone, pour sa revue de l’APM. Il s’est alors défendu en prétextant qu’il ignorait l’origine de cet argent.

Enfin, en mars 2008, le Conseil constitutionnel a annoncé l'annulation de l'élection du député UMP du Rhône Georges Fenech, son compte de campagne ayant été rejeté par les Sages. Il a été déclaré « démissionnaire d'office » et « inéligible pour une durée d'un an à compter du 27 mars 2008 ».

 

Tout cela représente beaucoup de dérapages pour un émule de Saint-Just qui s’est baptisé lui-même « Monsieur tolérance zéro ».

Aussi, est-il surprenant que les dirigeants d’un salon qui intéresse particulièrement ceux qui pensent autrement que le reste du troupeau, qui mangent bio et se soignent par des médecines naturelles acceptent non seulement les critiques d’individus aussi peu qualifiés pour juger de la santé publique, mais deviennent ses supporters.

 

La Miviludes cherche-t-elle à imiter le sénateur Joseph McCarthy qui voyait des communistes partout comme lui voit des sectes partout , ou le gouvernement du troisième Reich dirigé par Adolf Hitler, qui établissait en 1933 une liste de sectes interdites au nom de « la protection du peuple et de l’état » ?

 

Le sieur Fenech cherche-t-il à rédiger une « liste noire » sur laquelle figureraient les résistants à la « pensée unique », ceux qui veulent vivre plus sainement, se soigner autrement que par une médecine chimique qui a montré ces derniers temps, non seulement son incompétence mais aussi ses effets dangereux ?

 

Il est significatif que l’idée de ces listes noires ait germé dans l’esprit de deux malades mentaux dangereux, et soient actuellement reprises par un état qui se prétend défenseur des libertés.

 

Pour en terminer avec ce triste personnage, il faut ajouter qu’il a essayé, en vain heureusement, de faire interdire le documentaire Lumière du réalisateur autrichien Peter Arthur Straubinger sur la « nourriture de lumière », sujet bien connu en Asie et qui devrait intéresser tout scientifique curieux de trouver une explication à ces phénomènes, si peu familiers dans notre culture.

 

Et n’oublions pas, non plus, les nombreuses perquisitions et descentes de police initiées par la Miviludes, comme en octobre 2009 dans le paisible monastère œcuménique du « Moulin des Vallées » en Ille-et-Vilaine, ou en janvier 2010 au centre de Chardenoux en Saône-et-Loire, siège de « Terre du Ciel », ou en février 2011 à Nyons, dans la Drôme, au « Centre d’enseignement de biodynamisme » avec la participation de 70 gendarmes, car :

 

« Selon les éléments recueillis en 2009, la créatrice du centre semblait exercer une emprise mentale sur les stagiaires, avec rupture familiale et professionnelle », alors que les voisins qualifiaient les membres de ce Centre de « gens calmes et discrets ».

 

Le CICNS (Centre d'Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités) conclue :

« Bilan des faits : zéro. Une nouvelle fois, des gens “calmes et discrets” autour desquels planent des rumeurs ineptes concoctées par la Miviludes subissent l’assaut violent de dizaines de gendarmes débarquant chez eux pour les arrêter. Il faut dire que la Miviludes nous avait déjà habitués à d'autres dérives comme cette descente musclée.

Pourquoi de telles opérations disproportionnées ? Déploie-t-on de tels moyens militaires pour faire échec aux dealers des banlieues ou aux ultra fanatiques supposés religieux ? »

 

Il est temps que notre gouvernement corrige son tir et se consacre à poursuivre une véritable « Mafia » pharmaceutique qui lui coûte des milliards et des vies humaines, comme nous le constatons chaque jour davantage, plutôt que de payer des incapables frustrés qui condamnent aveuglément des méthodes qui maintiennent les citoyens en bonne santé et ne participent pas au gâchis constant de notre « chère » Sécurité Sociale.

Repost 0
Published by never-surrender - dans Lucha sigue!!!
commenter cet article

Présentation

  • : never-surrender
  • never-surrender
  • : face à l'intoxication des masses...notre devoir est de diffuser l'info censurée!!!
  • Contact

Additif alimentaires industriels dangereux

 

 

Recherche

Observatoire du FN

Twitter

TheChangeBook

English

 

Espana

 

Stay Alert!!!