Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 11:04

 

 

Des taux de plus en plus élevés de strontium 90 ont été détectés dans les eaux souterraines de la centrale nucléaire de Fukushima, a annoncé la société japonaise qui gère le site. Le strontium 90 est considéré comme une substance radioactive très toxique !

 

Le strontium 90 est un dérivé de la fusion de l'uranium et du plutonium dans les réacteurs nucléaires et les armes atomiques, indique le site de l'agence de protection de l'environnement américaine.


La présence de cette substance a été découverte alors que Tokyo Electric Power (Tepco) a demandé l'autorisation de déverser dans l'océan Pacifique l'eau contaminée présentant de faibles taux de radiation, faute de place pour continuer à la stocker.

 

"L'eau contaminée ne doit pas être déversée dans l'océan", a aussitôt réagi Michiaki Furukawa, ingénieur nucléaire et professeur émérite à l'Université de Nagoya. "Il doivent la stocker à un endroit où elle ne peut pas s'écouler hors de la centrale."

 

Les tests régulièrement effectués sous le réacteur numéro deux de la centrale ont montré que le taux de strontium 90 avait été multiplié par 100 au cours des six derniers mois, a indiqué le directeur général de Tepco. Ce taux est passé de 8,6 becquerels par litre en décembre 2012 à 1000 becquerels en mai 2013, a-t-il précisé, soit un taux plus de 30 fois supérieur à la limite tolérée (30 becquerels). Des taux élevés de tritium, une substance moins toxique, ont également été détectés, a ajouté le directeur. Fin mai, ces taux étaient plus de huit fois supérieurs à la limite autorisée (500'000 becquerels contre 60'000).

 

Tepco a constamment révisé à la hausse ses évaluations initialement rassurantes sur les taux de radiation et autres problèmes rencontrés à la centrale de Fukushima-Daiichi après la catastrophe. Par ailleurs, l'autorité japonaise de régulation nucléaire a officiellement validé mercredi les nouvelles normes de sûreté des réacteurs et décidé d'avancer au 8 juillet au lieu du 18 leur entrée en vigueur, une accélération dont veulent profiter les compagnies.


 

 Contaminés

 


Interview de Mr Katsutaka Idogawa, ancien maire de Futaba par Sophie Chevardnadze ¹ sur Russia Today :
"La tragédie de la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima a eu lieu il y a plus de trois ans. Depuis lors, la radioactivité a contraint des milliers de personnes à abandonner leurs maisons et entraîné la mort de nombreuses personnes. Il a fallu beaucoup d'efforts pour empêcher la destruction complète de l'usine - mais les séquelles ont-elles complètement disparu ? Tokyo dit que oui; il affirme également que le gouvernement fait tout ce qu'il peut pour ceux qui ont souffert dans la catastrophe. Cependant, des faits troublants arrivent parfois à la surface. Pour faire un peu de lumière sur le mystère des suites de Fukushima, Sophie Chevardnadze s'entretient avec l'ancien maire de l'une des villes sinistrées. Katsutaka Idogawa est aujourd'hui dans Sophie & Co."

Dans cette interview, Mr Idogawa revient sur les premiers instants de la catastrophe, le premier jour, et les responsabilités qu'il a du assumer de lui-même pour essayer de mettre les habitants de sa ville en sécurité. Il nous explique les raisons qui lui on fait perdre sa confiance dans la capacité des autorités et de TEPCO à prévenir et surmonter un accident nucléaire grave comme celui de la centrale nucléaire de Fukushima, en partie située sur le territoire de sa commune.
Depuis, devenu farouche opposant au nucléaire, il se bat pour dénoncer les mensonges et rétentions d'informations par les autorités de son pays, qui selon lui ont menti et mentent à la face du monde entier, entre autre pour éviter d'avoir à assumer leurs responsabilités.
Mr Idogawa aborde le sujet du retour pratiquement forcé des évacués dans certaines villes soumises à des taux de radioactivités 4 fois supérieurs à ceux des zones évacuées de Tchernobyl, alors que le gouvernement prétend que la préfecture de Fukushima, au centre de la zone contaminée s'étendant jusqu'à 200 km, ne présente aucun danger.
Il est également question de la fracture entre les bureaucrates de TEPCO ayant une très haute idée d'eux-mêmes et les conditions de travail des employés sur le terrain, qui se retrouvent être en majorité du personnel non qualifié, quand ce ne sont pas des sans-abris, recrutés comme main-d'oeuvre "jetable". D'où les nombreux défauts et erreurs, pouvant être lourdes de conséquences. Pendant ce temps, une lourde chappe de silence est maintenue sur les morts et les malades victimes de cette catastrophe, que ce soient parmi les employés de la centrale, ou les adultes et les enfants exposés à la radioactivité par le déni et les mensonges officiels...

 

lire aussi ici!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by never-surrender - dans nucléaire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : never-surrender
  • never-surrender
  • : face à l'intoxication des masses...notre devoir est de diffuser l'info censurée!!!
  • Contact

Additif alimentaires industriels dangereux

 

 

Recherche

Observatoire du FN

Twitter

TheChangeBook

English

 

Espana

 

Stay Alert!!!