Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 10:32

Éric Dénécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement, décrypte le phénomène des zadistes, nouvelle méthode de contestation du "terrorisme écologiste".

 

La contestation qui s'étend en France, de Notre-Dame-des-Landes à Roybon en passant par Sivens, Sainte-Colombe-en-Bruilhois (47), Echillais en Charente-Maritime ( ici aussi et et ), Le triangle de Gonesse, Marseille ( ici aussi ), Montesson , Allauch ,Ferme des Brouillons révèle plus le discrédit du politique qu'une généralisation de la conscience écologiste dans un pays en crise et en recherche désespérée d'investissements.

 

http://lutteaeroportnddl.files.wordpress.com/2013/01/42-vers-le-far-ouest.jpg

 

"Ces militants composent une espèce de cocktail multi-composantes", décrypte Éric Dénécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement. "À l'origine, on va retrouver des gens qui sont un petit peu contre l'évolution de la société occidentale et ses travers, avec des réflexions parfois très pertinentes", ajoute-t-il.


Radicalisation

"Très rapidement, viennent s'agréger à ces penseurs (...) des structures de plus en plus
conspirationnistes, violentes ou usant largement de substances qui ne les amènent pas à réfléchir notamment. On entre alors dans un phénomène de radicalisation extrêmement préoccupant, extrêmement violent et en tous points comparables au phénomène de radicalisation qu'on trouve dans l'islam", explique-t-il.

Certains emploient l'expression "terrorisme vert" pour qualifier leurs excès. Xavier Beulin, le président de la FNSEA, a même parlé de "
djihadisme vert". Cela ne choque pas Éric Dénécé, qui tempère toutefois.

"Ce n'est pas encore le cas en France. À Sivens, nous avons vu des gens ultra-violents, mais il n'y a pas eu d'actes terroristes, comme c'est le cas aux États-Unis ou en Grande-Bretagne. Là-bas, des groupes au nom de l'écologie radicale, de la défense des droits des animaux et de l'anti-avortement", indique-t-il.

"Dans ces pays anglo-saxons, ils sont d'ores et déjà sur la liste des organisations terroristes, au même titre qu'Al-Qaïda. Nous n'en sommes pas encore exactement à ce stade-là chez nous".

"Depuis le milieu des années 2000, on voit les germes d'un radicalisme anglo-saxon en France"
Éric Dénécé, directeur du CF2R

Éric Dénécé rappelle que, dans les années 70, les écologistes radicaux avaient essayé de voler une bombe nucléaire et de la faire sauter dans une faille tectonique pour obliger les Etats-Unis à revenir à l'abandon du nucléaire et à revenir à des conditions de vie beaucoup plus proches de ce qu'ils espéraient.

 

http://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-640/public/2014/12/10/10-mots-qui-ont-fait-lactu_2.jpg?itok=HHCi17UM

 

"Depuis le milieu des années 2000, on voit les germes de ce radicalisme en France", s'inquiète-t-il. "On observe beaucoup d'éléments d'origine anglo-saxonne à Notre-Dame-des-Landes comme à Sivens. C'est aussi une nébuleuse internationale : on a vu des milices d'extrême-droite, qui sont à l'origine de la révolution Maïdan en Ukraine, venir s'entraîner à Notre-Dame-des-Landes" ou à Sivens.

Pour les éléments les plus violents, on estime à quelques centaines d'individus, qui sont systématiquement renforcés par des éléments venant de l'étranger dès qu'il y a un grand sommet, une grande manifestation.


Pas un besoin énorme d'argent

De quoi vivent-ils ? Comment sont-ils financés ? "C'est une des questions sur lesquelles les services de police travaillent le plus", dit Éric Dénécé. "Beaucoup d'individus, qui sont vraiment dans la cause, n'ont pas besoin d'énormément d'argent pour vivre. Il y a beaucoup de désœuvrés".

"On voit la manière dont ils ont vécu et continuent à vivre à Notre-Dame-des-Landes en ayant construit des baraquements sommaires sur le terrain, en vivant d'une agriculture qu'ils essayent de reconstituer", décrypte le spécialiste
.

 

http://the-dissident.eu/wp-content/uploads/2013/10/le-potager-des-cent-noms.jpg


Pour lui, il faut insister sur une réalité. "Dans ces groupes, on trouve des tenants de la cause, qui pensent qu'un autre monde est possible. On ne peut pas le leur reprocher, il y a parfois de très bonnes idées. Malheureusement, au sein de ces mêmes groupes, on voit des individus de tous âges, et de plus en plus des deux sexes, se radicaliser et rentrer dans des actions violentes extrêmement préoccupantes".

Éric Dénécé rappelle que, dans les années 70, les écologistes radicaux avaient essayé de voler une bombe nucléaire et de la faire sauter dans une faille tectonique pour obliger les Etats-Unis à revenir à l'abandon du nucléaire et à revenir à des conditions de vie beaucoup plus proches de ce qu'ils espéraient.

"Depuis le milieu des années 2000, on voit les germes de ce radicalisme en France", s'inquiète-t-il. "On observe beaucoup d'éléments d'origine anglo-saxonne à Notre-Dame-des-Landes comme à Sivens. C'est aussi une nébuleuse internationale : on a vu des milices d'extrême-droite, qui sont à l'origine de la révolution Maïdan en Ukraine, venir s'entraîner à Notre-Dame-des-Landes".

Pour les éléments les plus violents, on estime à quelques centaines d'individus, qui sont systématiquement renforcés par des éléments venant de l'étranger dès qu'il y a un grand sommet, une grande manifestation.
Pas un besoin énorme d'argent

De quoi vivent-ils ? Comment sont-ils financés ? "C'est une des questions sur lesquelles les services de police travaillent le plus", dit Éric Dénécé. "Beaucoup d'individus, qui sont vraiment dans la cause, n'ont pas besoin d'énormément d'argent pour vivre. Il y a beaucoup de désœuvrés".

"On voit la manière dont ils ont vécu et continuent à vivre à Notre-Dame-des-Landes en ayant construit des baraquements sommaires sur le terrain, en vivant d'une agriculture qu'ils essayent de reconstituer", décrypte le spécialiste.

Pour lui, il faut insister sur une réalité. "Dans ces groupes, on trouve des tenants de la cause, qui pensent qu'un autre monde est possible. On ne peut pas le leur reprocher, il y a parfois de très bonnes idées. Malheureusement, au sein de ces mêmes groupes, on voit des individus de tous âges, et de plus en plus des deux sexes, se radicaliser et rentrer dans des actions violentes extrêmement préoccupantes".

 

Avec les zadistes, l'ultra-gauche est de retour (au moins dans la tête du pouvoir)

 

Qui sont les militants "zadistes" du barrage de Sivens ?

 

L'idéologie des Zadistes

 

La France peut-elle encore mener à bien des grands travaux ?

 

Moi, Martin, 20 ans, zadiste à visage découvert

 

Des ZAD, mais pour quoi faire ?

 

La carte des projets nuisibles

Partager cet article

Repost 0
Published by never-surrender - dans Lucha sigue!!!
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : never-surrender
  • never-surrender
  • : face à l'intoxication des masses...notre devoir est de diffuser l'info censurée!!!
  • Contact

Additif alimentaires industriels dangereux

 

 

Recherche

Observatoire du FN

Twitter

TheChangeBook

English

 

Espana

 

Stay Alert!!!