Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 11:35

La France est une nouvelle fois entrée en récession. Comment l’admettre sans utiliser ce mot tabou ?

La gauche va pouvoir piocher dans le dictionnaire de synonymes élaboré avant elle par la droite.


Selon les chiffres de l’Insee, le PIB a reculé de 0,2% au dernier trimestre 2012, et à nouveau de 0,2% au premier trimestre 2013. Deux trimestres de baisse consécutifs : c’est la définition technique de la récession.

 

http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2/storage/images/contenus/articles/2013/05/16/la-france-est-en-recession-mais-patience-elle-avance-1467314/27479626-3-fre-FR/La-France-est-en-recession-mais-patience-elle-avance.jpg


Ce n’est pas une première. Et en 2008, la droite au pouvoir avait fait preuve d’imagination pour éviter de prononcer le mot tabou. De quoi fournir des idées à une gauche bien embarrassée par cette fameuse récession.

« Une croissance légèrement négative »

En octobre 2008, Christine Lagarde s’en était tenue à une interprétation technique des chiffres. Dans le communiqué qu’elle avait publié, la ministre de l’Economie avait évité le mot « récession », préférant évoquer :

  • « une croissance légèrement négative » ;
  • « une mauvaise passe conjoncturelle qui reste temporaire ».

« Une croissance molle »

Frédéric Lefebvre, à l’époque député et porte-parole de l’UMP, avait offert une interprétation similaire. Il s’était agacé de l’insistance des journalistes :

« Pourquoi voulez-vous vraiment que l’on prononce le mot récession ? Il y a une croissance molle pour 2008 et une croissance qui ne devrait pas être très forte en 2009. »

« Je ne sais pas comment le dire »

Eric Woerth s’était montré joueur, en épuisant en une seule déclaration la réserve d’euphémismes. « La France est-elle entrée en récession ? », avait ironisé le ministre du Budget :

« Il ne faut pas jouer sur les mots, je trouve tout cela ridicule. Il y a une décroissance, une réduction de la croissance, une perte de croissance – je ne sais pas comment le dire – au troisième trimestre, c’est ça qui est important. »

« L’année ne sera pas en récession »

Plus courageux, Luc Chatel avait osé prononcer le mot. Pour immédiatement inviter à prendre du recul. Secrétaire d’Etat à l’industrie et porte-parole du gouvernement, il avait proposé d’oublier la définition technique – deux trimestres consécutifs de baisse – et de s’intéresser à l’année entière :

« L’année 2008 ne sera pas en récession pour l’économie française. La récession, c’était en 1993 quand il y a eu une année de croissance négative de l’ensemble de l’économie française. »

Ce mercredi, Luc Chatel a été un des premiers à réagir à l’annonce de cette nouvelle récession... avec un tweet faisant étrangement écho à sa déclaration de l’époque.

 

https://twitter.com/LucChatel/statuses/334544677594353664

 

 

Selon les prévisions de l’Insee, la croissance devrait cette fois-ci être « légèrement négative » ou « molle » – choisissez votre adjectif préféré – toute l’année.

L’institut prévoit un recul de 0,3% du PIB en 2013 – soit, selon la définition de Luc Chatel, une récession, une vraie. Le gouvernement est plus optimiste, tablant sur une croissance de 0,1% sur l’année. Une croissance « molle », comme dirait Frédéric Lefebvre, mais positive...


Alors, « on est foutus » ?

http://blogs.rue89.com/sites/blogs/files/assets/image/2013/05/recession.jpg


Peu de réactions ce mercredi matin à gauche. Le gouvernement se prépare à s’expliquer lors de la séance aux questions dans l’après-midi à l’Assemblée nationale, et François Hollande planche sur les réponses qu’il fournira jeudi lors de sa conférence de presse.


La députée PS Karine Berger – économiste de profession, il est vrai – n’a pas démenti l’entrée en récession. Invitée de RFI, elle a opté pour la pédagogie : selon elle, « il faut remettre les choses point par point », et le gouvernement « fait beaucoup de choses ». Avant de conclure par une formule pas si rassurante que ça :

« Je ne fais pas partie de ceux qui pensent qu’on est foutus. »

« Pas une surprise »

A la sortie du conseil des ministres, Pierre Moscovici a préféré admettre l’évidence – mais en insistant sur le caractère technique et prévisible de cette récession, une double astuce pour la rendre un peu moins effrayante :

« Techniquement, la France est en récession, c’est-à-dire qu’elle a connu deux trimestres de croissance négative. Ca n’est pas une surprise, c’est largement dû à l’environnement de la zone euro [...]. »

 

 

  La France en récession : c’est grave, docteur ? 

 

  Un risque de rechute mondiale

 

 "Une déflation provoquerait une récession durable" en France

Le pire est à venir

 

Paul Jorion : « Crise économique : le pire est encore devant nous ! »

 


Partager cet article

Repost 0
Published by never-surrender - dans pendant ce temps!!!
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : never-surrender
  • never-surrender
  • : face à l'intoxication des masses...notre devoir est de diffuser l'info censurée!!!
  • Contact

Additif alimentaires industriels dangereux

 

 

Recherche

Observatoire du FN

Twitter

TheChangeBook

English

 

Espana

 

Stay Alert!!!