Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 16:52

Fukushima manque de « nettoyeurs ». Malgré la propagande de Tepco visant à minimiser les risques de contamination, les petites mains ne se bousculent pas aux portes de la centrale pour « évacuer le becquerel », au profit de la pègre japonaise, grande pourvoyeuse de main d'oeuvre bon marché.

http://www.marianne.net/photo/art/default/966588-1144186.jpg?v=1363020808
Yoshikazu Tsuno/AP/SIPA

 

Parti pour durer au moins 40 ans, selon les propres estimations de Tepco, le démantèlement de la centrale de Fukushima manque déjà de bras. Selon le Fukushima Diary, un site d’informations tenu par un journaliste japonais réfugié en France« la pénurie en travailleurs pour Fukushima est un des plus importants soucis pour le démantèlement de la centrale ». Au cours d’une conférence de presse tenue le 8 mars 2013,  Tepco a fait part de sa difficulté à « maintenir stable le recrutement de travailleurs pour Fukushima ».


De quoi inquiéter l’opérateur japonais. A supposer qu’il n’y ait plus de tremblement de terre majeur durant la période, Tepco devrait mettre au moins 56 ans pour déverser tout le tritium en mer, « ceci dans l’hypothèse que le volume d’eaux stockées n’augmentera plus jamais, même de 1 cm³ et qu’ils déversent tous les jours le tritium dans la mer au plus haut niveau autorisé par les règles de sécurité »
 

Résultat, les sous traitants font dans la surenchère et rivalisent d’imagination pour attirer le nettoyeur dans la zone contaminée. Une entreprise a ainsi passé une annonce proposant entre 30.000 et 50.000 yens par jour (250 à 400 euros) de travail pendant trois mois.  Précision utile :  « Le lieu de travail est dans une zone à haute dose ».


Nettoyeur, une "radiation" sociale

Deux cents cinquante à quatre cents euros la journée d’exposition aux radiations, c’est donc le prix d’une vie estimé par les entreprises chargées de la liquidation de Fukushima. Le gros lot ! Selon une étude réalisée par Tepco,  le salaire moyen horaire des ouvriers présents sur la zone de décontamination ne dépasse pas 7 euros et près de la moitié des travailleurs sous contrat à Fukushima ont trimé dans des conditions qui ne respectaient pas le code du travail. 
 

Dans sa grande bonté l’opérateur  s’est malgré tout récemment engagé à « améliorer l’environnement de travail des personnels engagés par les sous-traitants ». 


Car non contents de « bouffer du becquerel », les nettoyeurs subissent également un véritable déclassement social : « Les salariés de Tepco risquent de suivre la trajectoire des vétérans de la guerre du Vietnam dont beaucoup ont été rejetés par la société à leur retour, sont devenus des sans abri, ont sombré dans l'alcoolisme et les drogues ou se sont suicidés » explique au Guardian Jun Shigemura,  maître de conférences au département de psychiatrie du National Defense Medical College. « Ils ne dirigent pas l'entreprise ni ne sont responsables de la catastrophe, mais ils éprouvent un sentiment de culpabilité et de responsabilité. Ils méritent plus de respect, dans la mesure où ils font l'un des métiers les plus difficiles au monde ». 


Ainsi, les travailleurs temporaires qui ont reçu des doses de rayonnement équivalente à la dose annuelle maximale admissible pour un travailleur à temps plein nucléaire sont rejetés et ne peuvent pas travailler à nouveau dans l'industrie pendant une période minimale de quatre ans. « Les intouchables de Fukushima » subissent un déclassement social semblable à celui des castes du japon féodal. Du temps des samouraïs, les burakumin  exerçaient ainsi tous les métiers dégradants : « la discrimination a commencé au 9ème siècle. Les burakumin étaient ceux qui touchaient le sang notamment les gens qui préparaient la nourriture pour les faucons, car la chasse au faucon était la grande distraction à l’époque. Tous les métiers liés au sang, au traitement des peaux et à la mort des animaux se sont trouvés marginalisés notamment en raison des préjugés shintô et bouddhiques de l’époque. Prendre la vie à un animal était considéré comme un crime » explique Jean-François Sabouret chercheur au CNRS, spécialiste du Japon et auteur d’une thèse et d’un ouvrage sur les Burakumin.


Les Yakuzas pourvoyeurs de main d'oeuvre bon marché

Très implantée, la pègre japonaise a largement participé aux premiers secours après le tsunami, fournissant des notamment des vivres aux habitants évacués. Composée à 60% de Burakumin, la mafia est aussi fortement suspectée de forcer des travailleurs précaires à s’engager sur le site auprès des sous-traitants. 
 
Pour la première fois, en février, la police japonaise a appréhendé un yakuza accusé de recrutement illégal de travailleurs pour décontaminer une région radioactive autour de la centrale atomique.  Le suspect aurait envoyé trois hommes à Fukushima pour participer au nettoyage de la région, sans l’autorisation obligatoire des autorités gouvernementales. 
 
Cette arrestation intervient des mois après divers articles affirmant que les yakuzas sont très impliqués dans la fourniture de main-d’œuvre pour effectuer les tâches ingrates découlant de la pollution radioactive. Ainsi, certains membres de la mafia japonaise travaillent pour le compte d’agences de travail temporaire qui sélectionnent et embauchent des nettoyeurs et nettoyeuses de centrales nucléaires. 
 
Si officiellement, le système des castes a disparu et l’embauche de Burakumin reste difficile à vérifier, les traditions demeurent et socialement les parias du nucléaire ont supplanté ceux du sang dans le classement des professions jugées « impures ».

Partager cet article

Repost 0
Published by never-surrender - dans nucléaire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : never-surrender
  • never-surrender
  • : face à l'intoxication des masses...notre devoir est de diffuser l'info censurée!!!
  • Contact

Additif alimentaires industriels dangereux

 

 

Recherche

Observatoire du FN

Twitter

TheChangeBook

English

 

Espana

 

Stay Alert!!!