Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 11:09

http://www.lanouvellerepublique.fr/var/nrv2/storage/images/contenus/articles/2012/12/15/le-patron-de-google-tres-fier-de-son-systeme-d-optimisation-fiscale/23578435-1-fre-FR/Le-patron-de-Google-tres-fier-de-son-systeme-d-optimisation-fiscale_image_article_large.jpg

 

Eric Schmid à propos de son système d'"optimisation" fiscale : "Cela s'appelle le capitalisme. Nous sommes capitalistes. Il n'y a pas de doutes à avoir." - (Photo Google Inc.)


Eric Schmidt, le président exécutif de Google, se dit « très fier » de son système d'« optimisation » fiscale, qui a évité au géant américain de payer 2 milliards de dollars d'impôts sur les sociétés en 2011.

Google ne se cache même plus. Dans un entretien à l'agence de presse Bloomberg, mercredi 12 décembre dernier, le président exécutif du conseil d'administration du géant américain Eric Schmidt se dit « très fier » de son système d'« optimisation » fiscale.

« Je suis très fier de la structure que nous avons mise en place », clame le PDG de Google de 2001 à 2011. « Nous l'avons fait en nous basant sur les incitations que les gouvernements nous ont proposées pour établir nos activités. »

Avant d'enfoncer le clou. « Cela s'appelle le capitalisme. Nous sommes capitalistes. Il n'y a aucun doute à avoir. »

2 milliards de dollars d'"optimisation" fiscale

Grâce à un ingénieux système d'« optimisation » fiscale, le géant de l'Internet s'est exonéré de payer deux milliards de dollars d'impôts sur les sociétés de part le monde pour l'année 2011, révélait le 10 décembre dernier l'agence de presse économique.

Pour cela, Google a transféré 9,8 milliards de dollars de bénéfices, soit 80% de ses profits en 2011, vers une filiale aux Bermudes, un « paradis fiscal » qui ne dispose pas d'impôts sur les sociétés.

Si certains crient à l'évasion fiscal, Eric Schmidt soutient que ce système est « légal » . « Nous payons beaucoup d'impôts. Nous les payons comme la loi le prévoit », affirme-t-il.

Google dans le collimateur de 4 pays

Ce ne semble pas être l'avis de la France, du Royaume-Uni, de l'Italie et de l'Australie qui enquêtent sur cette pratique.

Selon le Canard enchaîné, le Fisc français réclamerait près d'un milliard d'euros au géant américain. La Direction générale des Finances publiques (DGFP) soupçonne Google d'avoir transféré une part de son chiffre d'affaires en France vers sa filiale irlandaise, puis vers une autre filiale aux Bermudes, sans le déclarer à l'administration fiscale.

Le jour même de ses révélations, le 30 octobre dernier, Google a démenti être sous le coup d'un redressement fiscal. Le Fisc se refusant à tout commentaire, se retranchant derrière le secret fiscal.

En mars dernier, lexpress.fr, qui pour la première fois révélait que Google France, la filiale hexagonale du géant américain, était dans le collimateur du Fisc, parlait d'un éventuel redressement fiscal pouvant dépasser 100 millions d'euros.

9,1 milliards de bénéfice brut en Europe en 2011

Dans l'Hexagone, selon les estimations, Google France aurait réalisé entre 1,25 et 1,4 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2011. Mais n'en aurait déclaré que 138 millions d'euros et reversé qu'un peu plus de 5 millions d'euros au titre de l'impôt sur les sociétés dans les caisses de l'Etat français.

D'après les documents comptables publiés le 31 octobre dernier par le site  Owni, Google Ireland Limited, la holding irlandaise du groupe qui chapeaute toutes ses filiales européennes, aurait réalisé un chiffre d'affaires de 12,5 milliards d'euros et un bénéfice brut de 9,1 milliards d'euros sur l'exercice 2011.

Google, Amazon, Starbucks...

Google n'est pas la seule entreprise américaine à être dans l'oeil du cyclone pour ses méthodes d'« optimisation » fiscale. Le géant de la vente en ligne Amazon et la chaîne de cafés Starbucks sont également très décriés ces dernières semaines outre-Manche pour les mêmes motifs. Devant la polémique grandissante au Royaume-Uni, Starbucks a annoncé le 6 décembre qu'il allait renoncer à ces pratiques et payer environ 20 millions de livres d'impôts supplémentaires ces deux prochaines années.

Le 5 décembre dernier, le quotidien britannique le  Telegraph révélait qu'Eric Schmidt avait décliné l'offre du président Obama de remplacer Timothy Geithner dans son cabinet, au poste de secrétaire au Trésor, en charge de l'administration fiscale américaine.

Partager cet article

Repost 0
Published by never-surrender - dans internet
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : never-surrender
  • never-surrender
  • : face à l'intoxication des masses...notre devoir est de diffuser l'info censurée!!!
  • Contact

Additif alimentaires industriels dangereux

 

 

Recherche

Observatoire du FN

Twitter

TheChangeBook

English

 

Espana

 

Stay Alert!!!