Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 15:13


La Police Militaire Nouvel Ordre Mondial .... par franco17320

 

« Nous n’avons pas été informés concernant l’EUROGENDFOR , force de gendarmerie européenne, qui est une armée au service des dirigeant de l’Europe»

 

La France, l’Italie, le Portugal, l’Espagne et les Pays-Bas, qui, tous, disposent de forces de police à statut militaire, se sont engagés à travers la Déclaration d’intention signée à Noordwijk (Pays-Bas) le 17 Septembre 2004, à participer à la création de l’Union européenne de la Force de gendarmerie européenne (EUROGENDFOR ou FGE), dotant l’Europe d’une pleine capacité de mener toutes les missions de police dans les opérations de gestion de crise, afin de contribuer à l’élaboration de la politique européenne de sécurité et de défense et à la création d’un espace de liberté, de sécurité et de justice.

 

Selon l’UEO (Assemblée Européenne de Sécurité et Défense), l’évolution dans le domaine de la police et de la gendarmerie pour la gestion des crises remonte au Conseil de Feira (juin 2000).

Elle a permis à l’UE de se doter de mécanismes et de doctrines qui répondent à un nouvel aspect de la gestion des crises.

 

«Une fois que la FGE a été déclarée opérationnelle, la présidence du CIMIN (comité interministériel de haut niveau), tenue par l’Espagne au cours de cette année 2006, fut capble d’informer les différentes organisations internationales, sous l’égide de laquelle la FGE peut être déployée (UE, ONU, OTAN, OSCE, etc), que la FGE était à leur disposition afin de procéder à une première opération de gestion de crise réelle.»

 

Le 20 Juillet 2006, lors de la réunion tenue à Madrid, le CIMIN, a déclaré l’ EUROGENDFOR opérationnelle, qui délivre la déclaration suivante:

 

« Le CIMIN, qui est l’organe de décision et le conseil de direction politico-militaire à la FGE (Force de gendarmerie européenne), est heureux d’annoncer que la FGE est maintenant opérationnelle et prête pour intervenir dans certaines opérations de gestion de crise. La FGE continuera à développer ses capacités afin d’améliorer son niveau de préparation et d’entreprendre des opérations plus exigeantes à l’avenir. À l’origine, le FGE avait trois partenaires qui administraient ses projets : le Programme des Nations Unies pour le développement, le Programme des Nations Unies pour l’environnement et la Banque mondiale.

 

Le projet de loi autorisant la ratification du traité, entre l’Espagne, la France, l’Italie, les Pays-Bas et le Portugal, portant la création de la Force de gendarmerie européenne (FGE) a été adopté le 12 juillet 2010 par l’Assemblée nationale.

 

Il semblerait donc qu’une police militaire soit crée à l’échelle européenne pour des cas de gestion de crise majeure, et cette création proviendrait à l’origine d’une certaine Michelle Alliot-Marie, qui avait un désir ardent de mettre K.O les mouvement de manifestants…

 

Le 29 Octobre 2010, une cérémonie pour commémorer la signature du traité de la FGE a eu lieu dans le Chinotto Caserma, Vicenza (QG permanent du FEM, Italie). Le commandant de la FGE, le colonel Jorge Esteves a souligné l’importance des missions effectuées par le Groupe dans différents scénarios dans le monde entier. De nombreuses autorités civiles et militaires ont assisté à l’événement. La présidence du CIMIN était représentée par le général de brigade des carabiniers Maruccia GAETANO (ancien général de province et formateur d’unités en Afghanistan).

 

Les unités de la FGE, au cours d’une mission sont placées sous une chaîne de commandement définie.Ces unités peuvent être mises sous commandement militaire ou de l’autorité civile, afin de garantir la sécurité publique, l’ordre public et d’assumer des tâches de police judiciaire. Une force de la FGE, n’est pas une force permanente, et est générée et déployée sur une base aAd hoc» (qui signifie qui va vers ce vers quoi il doit aller, c’est-à-dire formé dans un but précis…).

 

Elle peut être une force de police déployée rapidement d’un maximum de 800 officiers de police, en vertu d’un préavis de 30 jours, y compris un déploiement rapide dans le domaine de l’AC (abréviation militaire qui voudrait dire ici Antenne Chirurgicale), dont le noyau sera fourni par l’état-major permanent. Elle peut très bien renforcer des effectifs, ou bien s’y substituer totalement.

 

Comme les unités de police qui peuvent renforcer une mission du FGE sont identiques à celles qui sont déclarées dans le cadre du catalogue des capacités d’Helsinki et à la conférence de capacité de tenue à Bruxelles le le 19 Novembre 2001 (Création du programme ECAP –European Capabilities Action Plan–), l’effectif total de la Force pourrait atteindre 2300.

 

Le Groupe agira en conformité avec les concepts opérationnels mis au point par l’UE par rapport à l’emploi de ce qu’on appelle l’UIP (Unité de police intégrée) qui comprend:

 

*Un volet opérationnel, dédié à des missions de sécurité publique générale et de maintien de l’ordre public,

 

* Une composante lutte contre la criminalité, y compris les spécialistes dans les missions d’enquête criminelle, la détection, la collecte, l’analyse de l’information et de traitement, la protection et l’assistance des personnes, contrôle de la circulation, des missions sur explosifs (NEM – neutralisation des explosifs et munition, avec des appareil de très haute technologie- ), de lutte contre le terrorisme et d’autres crimes graves, et d’autres spécialités,

 

* Un élément de soutien logistique, capables d’exécuter toutes les activités liées à l’approvisionnement, le repeuplement, la maintenance, de récupération et d’évacuation de l’équipement, des transports, médecine et soins de santé.


http://www.eurogendfor.org/Images/staticimages/hq_org_chart.jpgTableau d’organisation hiérarchique de la FGE

 

MISSIONS

 

Pour effectuer toutes sortes de fonctions de police dans la gestion des crises, des opérations, dans le cadre de la déclaration de Petersberg, notamment en matière de missions de substitution, ces fonctions peuvent être développées dans le cadre de la chaîne civile ou militaire de commandement.

 

La FGE doit être capable de couvrir tous les aspects des opérations de réponse aux crises:

 

phase militaire : la FGE est engagée dans le sillage de la force militaire, elle assure des missions de sécurité publique générale et des actions de police judiciaire,

 

phase de transition – crise de moyenne intensité : la FGE poursuit sa mission tout en facilitant la coordination et la coopération avec des unités de police,

 

phase de théâtre stabilisé : sous autorité civile internationale, la FGE facilite le passage à des actions de coopération ou peut être désengagée ,

 

engagement de la FGE à titre préventif : en l’absence de force militaire préalablement déployée, la FGE est utilisée dans des cas particulièrement identifiés.

 

“Cas particulièrement identifiés” qui ne sont pas cités…

 

TACHES

 

En conformité avec le mandat de chaque opération, la FGE peut effectuer un large éventail d’activités liées à sa capacité propre de la police, tels que:

 

l’exécution de missions de maintien de l’ordre et de sécurité publique ,

 

le suivi et le conseil à une police locale dans son activité quotidienne, y compris l’investigation criminelle ,

 

la conduite de la surveillance, du contrôle des trafics illicites,

 

l’exécution des tâches de police aux frontières et de renseignement général ,

 

l’exécution du travail d’investigation criminelle, couvrant la détection des actes de délinquance,

 

le suivi des délinquants et leur transfert vers les autorités judiciaires compétentes ,

 

la protection de la population et des biens et le maintien de l’ordre en cas de manifestations publiques ,

 

l’entraînement des officiers de police aux standards internationaux,

 

l’entraînement des instructeurs, en particulier au sein de programmes de coopération.

 

Selon le ministère de la défense:

 

Outre les pays fondateurs représentés par la gendarmerie nationale française, la garde civile espagnole, les carabiniers italiens, la maréchaussée royale des Pays-Bas et la garde nationale républicaine portugaise, la FGE compte depuis décembre 2008, la gendarmerie roumaine parmi ses membres.

 

Opérationnel depuis 2006, ce nouvel instrument de gestion de crise a vocation à servir prioritairement la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) de l’Union européenne. Elle peut également être mise à la disposition de l’ONU, de l’OTAN, de l’OSCE ou d’une coalition internationale. Elle vise à combler le manque opérationnel constaté entre le moment où des forces armées entrent sur un théâtre d’opérations et le moment où des forces de police peuvent y remplir normalement leur mission.

 

DES EXERCICES

 

Depuis que la FGE est née, les principales étapes de son histoire ont été effectuées, en dehors de cet exercice dernier EGEX 06 (dont des mises au point resteraient nécessaires et perpétuelles), un exercice antérieur effectué à Saint Astier (France) en 2005 au poste de commandement de niveau, et la mise en place à Vicenza (Italie ) du multinational, modulaire et projetable QG permanent de la FGE, qui a été officiellement inauguré le 23 Janvier 2006.

 

Le siège de la FGE a réalisé son deuxième exercice de poste de commandement (CPX), dans le cadre d’une participation globale de gestion de crise internationale sous l’égide de l’Union européenne, de la seconde moitié de Mars jusqu’à la fin du mois d’avril 2006. L’exercice, baptisé EGEX 06, a été élaboré en tenant compte d’un large éventail de questions opérationnelles ainsi que tous les aspects des opérations de gestion des crises, y compris les questions juridiques et politiques, relations avec les médias et les organisations internationales.

 

En particulier, le scénario simulé, adopté comme base pour les opérations du FGE et déjà l’objet d’études approfondies au sein de l’Union européenne, a été une situation réaliste prise à partir d’un mélange de crises internationales existantes, dont l’effondrement de la police locale et les structures sociales conduira un mandat fort pour la FGE, qui englobe l’ensemble des fonctions de police possible, de la substitution au renforcement de la police locale.

 

EGEX 06 a été divisé en deux parties: la première phase visait à tester les capacités de l’AC dans la planification de deux missions de police différentes en même temps. Il a été développé à Vicenza (Italie), siège du QG permanent, et a été conclu avec l’élaboration et l’approbation des plans opérationnels des deux parties (OPLAN) pour les opérations de la FGE.

 

L’exécution, effectuée du 25 au 27 avril, a été précédée par l’arrivée et la formation des renforts de l’exercice. L’objectif de cette phase était d’évaluer les capacités de l’état-major permanent, agissant au niveau opérationnel à Vicenza (Italie) pour exécuter et mener les missions les plus exigeantes, avec un QG de la force, jouant au niveau tactique, et l’interopérabilité des forces déployées à Valdemoro ( Espagne). L’exercice a été élaboré grâce à une série d’incidents et d’infiltrations, à différents niveaux de décision, créées par un état-major multinational créé ad hoc des pays participants afin de tester la volonté des états-majors à fournir des réponses efficaces en peu de temps.

 

L’intérêt envers l’initiative de la FEG, confirmée par la présence d’un nombre élevé d’observateurs internationaux des organisations internationales compétentes et / ou pays, présents lors de la phase d’exécution, a été encore accentuée par la forte visibilité donnée à EGEX 06 par les médias nationaux et internationaux , à l’occasion d’événements VIP deux organisés respectivement à Vicence et Valdemoro.

 

Après la fin de l’exercice d’un processus d’évaluation globale a été activé, y compris les rapports rédigés par les équipes d’évaluation externes et internes, dont les leçons apprises seront prises en compte en vue de la réalisation de la capacité opérationnelle complète de la FGE.

 

Par conséquent, cet organisme de réaction d’urgence aux apparences de police européenne ultra sécuritaire a subit un exercice de crise majeure dans le quel il y avait des infiltrations au sein même de la hiérarchie. Notez que cette simulation à de « pépins accumulés » a occasionné la mise en place d’un « état major multinational créé “Ad Hoc” par le conseil permanent (!) pour répondre aux évènements de manière vive et efficace. Cela signifie donc qu’en situation réelle de crise en Europe par exemple, les états membres du traité pour la création du FGE pourraient valider la décision de créer une genre de gouvernement temporaire de crise mentionné étrat major multinational (ils ont imaginé un effondrement des forces de l’ordre!). Même si les textes paraissent montrer qu’il faut impérativement une décision d’action de la part du conseil de sécurité de l’union européenne (pseudo-démocratie), cela induit la formation de leurs agents (connaissance des infrastructures et organisations hiérarchiques politico-militaires locales) et donc l’application des plans stratégiques dans contexte de fulgurance, de délais court. Voilà qui assure une organisation parée et entrainée pour réagir face aux mouvements de population « un peu trop libres » ou autres choses (catastrophes, guerres, etc…) amenant donc des mesures drastiques…

http://euro-police.noblogs.org/gallery/3874/eurogendfor_vicenza_9.jpg 

 

L’EUROGENDFOR, UN EQUIVALENT DE LA FEMA?

 

Sur le site officiel de la FEMA, on peut noter différentes choses qui portent à penser que les similarités entre les deux organisations sont parfois troublantes.

 

Tout d’abord voici quelques extraits de ce qu’il expliquent pour décrire ce qu’ils sont:

 

La mission de la FEMA est d’aider nos citoyens et les premiers intervenants afin de s’assurer que tant que nation, que nous travaillons ensemble pour construire, maintenir et améliorer notre capacité à préparer, protéger contre, répondre à, récupérer, et d’atténuer tous les risques.

EN CAS DE CATASTROPHE. Elle frappe à tout moment, n’importe où. Il prend de nombreuses formes – un ouragan, un tremblement de terre, une tornade, une inondation, un incendie ou un déversement de matières dangereuses, un acte de nature ou d’un acte de terrorisme. Elle s’appuie sur plusieurs jours ou semaines, ou frappe soudainement, sans avertissement.

 

La FEMA est composée de trois divisions : l’analyse des risques, réduction des risques et l’assurance des risques. De même que la FGE la FEMA applique ses missions sous l’égide d’un organisme supérieur, le MSB (Mission Support Bureau). Le MSB sert à «Offrir des supports» dans l’optique que la FEMA puisse accomplir ses plans d’urgence sans entrave. On remarque que c’est assez similaire quand à la mission du CIMIN vis à vis de la FGE. On retrouve ici les mêmes notions de maintient de l’ordre public, de réactivité en cas de catastrophe ou de crises majeures (rappelons nous l’AGEX 06 : “tester la volonté des états majors à fournir des réponses efficaces en peu de temps”). On peut constater aussi que la FEMA, toujours au même titre que la FGE, se livre à des exercices de simulation de ces crises majeures. Tout comme l’EUROGENDFOR, la FEMA a des rapports directs avec les autorités locales des différents états de la nation étasunienne :

 

« Souvent, la FEMA travaille en partenariat avec d’autres organisations qui font partie du système national de gestion des urgences. Ces partenaires comprennent des organismes étatiques et locaux de gestion des urgences, 27 organismes fédéraux et la Croix-Rouge américaine. »

 

Si l’on compare avec l’EUROGENDFOR, c’est une application similaire qui est effectuée, en cas de crises, ou d’incidents techniques, la FGE entretiendra des rapports hiérarchiques avec les autorités du lieu subissant cette…“crise” .

 

Il semble utile de préciser que la FGE est plus récente et contient un nombre d’agents un peu moins important que la FEMA, cependant la FGE semble déjà bien préparée…

 

Il y a une une autre différence que l’on peut constater, c’est que l’EUROGENDFOR parait être à la solde d’organisations internationales (l’UE, l’OTAN, l’ONU ou l’OSCE, même si sa vocation prioritaire reste l’Europe), tandis que la FEMA semble avoir un domaine d’action dédié uniquement au territoire des USA (mais cela reste à voir…).

 

La FEMA étant plus ancienne, elle a pu évoluer plus longuement a près sa création en 1993, l’EGF quand à elle n’était pas encore née, la déclaration de Petersberg ayant eu lieu le 19 juin 1992. La FEMA fut le premier organisme, la première aide fédérale à venir“ au secours” des sinistrés dans les différents états d’Amérique, il semble aussi que sa définition des cas différents d’incidents naturels soit plus précise (sur leur cite, ils mentionnent précisément les mesures à prendre -valables surtout pour l’individu lambda- en cas de tremblement de terre, d’inondation etc… ces incidents ne sont pas strictement mentionnés sur le site de la FGE) même si les souches communes de catastrophe et de sécurité intérieure et de maîtrise des masses sont posées.

 

En somme il y a bien des différences entre les deux organismes mais on conviendra que:

 

la réaction rapide et efficace ,

 

la réponse militaire,

 

le contrôle des populations,

 

l’entrainement aux pires des scénarios,

 

et les prises de dessus sur le commandement des états sont des points communs fondamentaux.

 

Il s’agit bien là de prendre contrôle de toutes les manettes d’une localité donnée sous le prétexte d’un incident majeur sur un continent, en sachant que ces deux organisations on subit plusieurs exercices, pour une meilleure maîtrise de la situation...

 

Plus que la révision des traités réclamée par Angela Merkel ou les exigences budgétaires de David Cameron, le véritable événement du récent sommet de Bruxelles est le pas décisif de l’Europe vers l’avènement d’un super-État.

 

Super état, le mot est lâché…

 

Selon d’autre sites, les forces de la FGE auraient l’autorisation d’utiliser des armes à feux, de faire des zones de quarantaine militaire le cas échéant, et selon selon certains observateurs de l’UE, le gouvernement provisoire mis en place pour le plan d’urgence bénéficierait d’une immunité qui ne permettra pas nécessairement le retour au pouvoir de la localité concernée par l’état d’urgence.

Ils ont même prévu de pallier aux éventuelles forces de police ou militaires qui se solidariseraient au mouvement des manifestants, et d’avoir un “certain” investissement dans les renseignements généraux, comme il est stipulé dans les tâches. Un homme politique allemand, ramené à la réalité, déclare lors d’un entretien privé : « On s’amusera bien au sein de l’Eurogendfor quand à l’avenir l’état d’urgence sera imposé dans les centres chauds de Bottrop ou Neukölln en Allemagne fédérale. » (dommage que ces sites ne donnent pas son nom…)

 

Dans tous les cas, il semblerai que la reconnaissance du principe fédéral dans les instances européennes, dont parle Pierre Hillard, ait été actée dans le domaine militaire de la « sécurité » et de la « situation d’urgence ».

 

Serions nous là en face des forces armées qui sont préparées au pire, alors que Van Roumpy et sa task force nous dirigent vers un climat pour le moins démocratiquement maussade?

 

La FGE serait-elle la future main de fer, symbole de la fédération européenne des forces armées (ainsi que que l’EUROMARFOR), sur le territoire européen?

 

Serait-ce l’organisation qui sera chargée de mater les contestataires du mondialisme?

 

serait-ce l’armée qui encadrera les conflits sociaux et les conflits dus aux montées des extrêmes sur le vieux continent?

 

Cette armée  représente une potentialité physique de prise en main des localités européennes via un gouvernement d’urgence européen.

 

La catastrophe, ou la crise seraient donc en quelque sorte un “plus”, par le biais de la FGE, pour accélérer la dictature du nouvel ordre mondial manu militari.

 

Les contestataires du G20 à venir en France sont avertis, les protagonistes du NOM veillent au grain, avec une force paramilitaire d’intervention rapide, qui possède tous les avantages du renseignement et du commandement, et qui prétend au passage avoir été créée pour protéger la justice et la liberté.

 

Certains médias américains parlent même d’une police fasciste…

 

l’EUROGENDFOR est intervenue au Kosovo récemment et forme encore des unités en Afghanistan.

 

Pour terminer, cette organisation est donc entrainée, préparée, conditionnée pour ramener l’ordre dans un chaos total, cela rappelle quelque chose: la notion de “ordo ab chaos”.

 

A suivre…

 

voir aussi l’EUROMARFOR, c’est un organisme similaire dont on peut avoir la description sur le cite de la marine nationale.

http://www.conflitssansviolence.fr/images/2010/violence-police.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by never-surrender - dans Brusq U.E.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : never-surrender
  • never-surrender
  • : face à l'intoxication des masses...notre devoir est de diffuser l'info censurée!!!
  • Contact

Additif alimentaires industriels dangereux

 

 

Recherche

Observatoire du FN

Twitter

TheChangeBook

English

 

Espana

 

Stay Alert!!!