Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 10:28

 

Après plus de dix jours de négociations, l'heure de vérité a sonné vendredi à la conférence climat de Varsovie qui peine à poser la "pierre fondatrice" du grand accord espéré en 2015, au point que les grandes ONG ont claqué la porte.

 

La conférence doit officiellement se terminer vendredi dans le stade de Varsovie, transformé depuis le 11 novembre en centre névralgique de la lutte mondiale contre le changement climatique. Mais négociateurs et ministres des quatre coins du monde se préparaient à une dernière ligne droite aux allures de marathon, ces pourparlers onusiens s'achevant souvent à l'aube, voire dans la journée du lendemain.


L'ambition de Varsovie est de lancer le processus qui doit mener jusqu'au rendez-vous crucial de Paris en 2015, où doit être conclu l'accord le plus ambitieux jamais scellé pour limiter le réchauffement.

La France a été nommée officiellement vendredi pays hôte de cette conférence, et le "défi est considérable", a reconnu le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

 

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2013-11-10T151807Z_1110412148_GM1E9BA1NEZ01_RTRMADP_3_POLAND_0.JPG

 

"Si nous ne réussissons pas à Paris, la possibilité que nous réussissions collectivement à maintenir la température dans un cadre de 2 °C sera extrêmement limitée, voire nulle", a renchéri le ministre français du Développement Pascal Canfin. Dans un communiqué publié à Paris, la présidence française a assuré être d'ores et déjà "totalement mobilisée pour que cette conférence aboutisse à un accord universel contraignant" et "équitable".

La France veut des engagements chiffrés

La communauté internationale s'est donné l'objectif de sceller en 2015 un accord réduisant les émissions de gaz à effet de serre afin de limiter le réchauffement à 2 °C par rapport à l'ère préindustrielle.

La trajectoire est actuellement de près de 4 °C.

 

Devant entrer en vigueur en 2020, l'accord doit engager tous les pays du monde, dont les deux principaux pollueurs que sont les États-Unis et la Chine, et être légalement contraignant.

"La meilleure façon de nous préparer" pour Paris "est d'avancer le plus possible à Varsovie et à Lima", où aura lieu la conférence de 2014, a déclaré Laurent Fabius.


Or les pourparlers de Varsovie peinent à produire un texte qui servirait de "pierre fondatrice" à l'accord de 2015, selon les mots du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Au point que, dans un geste sans précédent, les principales ONG environnementales ont claqué la porte jeudi, affirmant que la conférence ne "débouche sur rien".

 

http://www.socialisme.be/upload/image/2013/11/Mediactivista_varsovie_04.jpg

 

L'Union européenne, qui veut partir de Varsovie avec un "calendrier" jusqu'en 2015, s'inquiétait jeudi de pourparlers qui faisaient du surplace. Un nouveau texte de négociation a été proposé vendredi matin aux délégations. Il se contente "d'inviter" les parties à soumettre "leurs engagements (...) bien en avance" de la rencontre de Paris.

 

La France veut de son côté qu'à Varsovie les États s'engagent à ce que leurs engagements soient "chiffrés" en 2015. "Nous avons impérativement besoin de cet accord de principe, sinon Varsovie ne sera pas la rampe de lancement" pour la conférence de Paris, a lancé Pascal Canfin.

Partage des responsabilités

Les discussions à Varsovie ont également été marquées par la position très ferme des grands pays émergents, la Chine en tête, sur le partage des responsabilités entre pays industrialisés et pays en développement, insistant pour rester dans la seconde catégorie.

Cette position fait notamment bondir les États-Unis, qui jugent cette ligne de partage obsolète.

 

http://resistanceinventerre.files.wordpress.com/2013/11/0211-dessin-chappatte.gif?w=640&h=433

 

Autres points durs des négociations : l'aide financière des pays du Nord à ceux du Sud pour faire face au changement climatique, et la création d'un mécanisme pour régler les "pertes et dommages" subis par ces derniers.

 

Des progrès étaient notés sur le lancement d'un Fonds vert, par lequel devrait transiter une partie des 100 milliards de dollars par an promis d'ici à 2020. La mobilisation de ces fonds est l'un des grands points de crispation avec les pays en développement qui soupçonnent les pays du Nord de vouloir se dérober à leurs engagements.

 

Les pays en développement veulent que la première capitalisation du Fonds vert, mi-2014, porte sur 20 milliards de dollars. Mais "cela ne passe pas pour les pays développés", a indiqué un négociateur européen, sous le couvert de l'anonymat.

 

 mauvaises nouvelles pour la planète

 

 Sale temps pour le climat

 

 Le départ du ministre polonais de l'Environnement crée la surprise

 

 Le financement reste le fer de lance de la lutte

 

"L'énergie va nous tuer, et tout le monde s'en fout"

Partager cet article

Repost 0
Published by never-surrender - dans écologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : never-surrender
  • never-surrender
  • : face à l'intoxication des masses...notre devoir est de diffuser l'info censurée!!!
  • Contact

Additif alimentaires industriels dangereux

 

 

Recherche

Observatoire du FN

Twitter

TheChangeBook

English

 

Espana

 

Stay Alert!!!