Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 09:17

L'Acta, Sopa et Pipa sont encore dans tous les esprits, que déjà pointent de nouveaux projets qui alarment les défenseurs des libertés sur internet.

 


Après Sopa, Pipa et Acta, voici Cispa, Indect et Syssec. Alors que les cadavres des projets de loi américain anti-piratage Sopa et Pipa sont encore chauds et que les discussions autour de l'accord anti-contrefaçon Acta se poursuivent dans l'Union européenne, voici qu'arrivent de nouveaux projets qui pourraient restreindre les libertés sur internet.

 

Après la lutte contre le téléchargement illégal, la cyber-sécurité serait le nouvel argument des autorités pour entrevoir un contrôle du web, avancent les opposants.

 

http://referentiel.nouvelobs.com/file/3484534.jpg

 

Le point sur les différents projets.

 

Cispa, "un nouveau prétexte pour contrôler le web"

 

Le but officiel : coopération Etats-entreprises

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTnyPZDbfqCQj4rDYnnVwtR2Ii3BM8j207M0ljttRpsAXWbCMfv

 

Cispa est un projet de loi américain contre la cyber-criminalité, encore en cours d'examen au Congrès américain. Le "Cyber Intelligence Sharing and Protection Act of 2011" projette de lutter contre les crimes et délits commis sur internet, tout en facilitant la coopération entre autorités et entreprises.

 

Les géants Microsoft, Facebook, Intel, IBM, Oracale, Symantec, AT&T et Verizon ont déjà apporté leur soutien au texte.

 

La crainte : la fin des garde-fous ?

 

L'Electronic Frontier Foundation (EFF) dénonce un texte sujet à interprétation. Les fournisseurs d'accès à internet ou les opérateurs tels que Google ou Facebook pourraient être ainsi autorisés à intercepter les communications privées entre internautes et les transmettre au gouvernement. De quoi contourner tous les garde-fous judiciaires qui interdisent de tels transferts de données sans contrôle.

 

"Les peurs liées à la cyber-sécurité sont utilisées pour éroder les droits numériques. Ce projet permettrait aux entreprises d'espionner les utilisateurs, et de partager des informations avec le gouvernement fédéral ou d'autres entreprises, avec une immunité presque totale", critique l'EFF.

 

"La cyber-sécurité devient le nouveau prétexte pour mettre en place un contrôle du web", renchérit Jérémie Zimmermann, porte-parole de la Quadrature du net, interrogé par "le Nouvel Observateur". "Depuis l'émergence des Anonymous ou de WikiLeaks, les autorités ont trouvé un nouveau moyen pour revenir avec leur projet de mainmise sur internet."

 

Indect : vers une automatisation de la surveillance ?

 

Le but officiel : les algorithmes contre le terrorisme

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTg_0XtXazM6wZrLda1ROrUTt635RjBR8k3tpjDtQril5tfr6IWww

 

L'Union européenne multiplie les recherches en matière de cyber-sécurité, notamment avec Indect. "Indect est un projet de recherche permettant au scientifiques européens de développer de nouveaux algorithmes, avancés et innovants, et des méthodes [automatisées] visant à combattre le terrorisme et d'autres activités criminelles affectant la sécurité des citoyens", explique le site officiel.

 

Le sigle Indect signifie "Système d'information intelligent qui gère l'observation, la recherche et la détection pour la sécurité des citoyens en milieu urbain".

 

La crainte : une surveillance généralisée ?

 

Indect définit un immense croisement de données et de statistiques issues du web avec des informations collectées par la vidéo-surveillance, afin de détecter des comportements violents.

 

"Indect risque de mettre en place un truc ingérable où circuleront des tas d'informations personnelles avec peu de contrôle", souligne le blogueur Laurent Le Besnerais, dit "Cwicket", interrogé par "l'Obs". "A terme, Indect renforcera la surveillance généralisée de la population sous prétexte de traquer des internautes suspects."

 

Il conclut : "Ce qui me gêne est cette opacité dans le projet qui, comme l'Acta précédemment, laisse craindre le pire. De plus, ce projet arrive pile au moment où Nicolas Sarkozy annonce une future sanction des internautes qui consultent certains sites" terroristes.

 

Il n'y a qu'un pas pour y voir le début de l'instauration d'un système de surveillance européen basé sur l'inspection du trafic internet.

 

SysSec : étrange lien entre Etats européens

 

Le but officiel : prévoir les cyber-menaces

 

http://www.syssec-project.eu/media/img/syssec.logo.png

 

La cyber-sécurité est également l'objectif du programme européen SysSec (pour Systèmes de sécurité en Europe). Le projet vise à "faire progresser le domaine de la cyber-sécurité, nous devons agir de façon proactive : au lieu d'être réactifs aux cyber-attaques, nous devons prendre les devants, au lieu de réparer les attaques existantes, nous devons travailler sur la prévision des menaces et des vulnérabilités", selon le site officiel.

 

SysSec propose ainsi de créer "un réseau d'excellence virtuel" européen où toutes les recherches en matière de sécurité seraient mises en commun, où une réflexion sur "l'internet actuel et futur" serait engagée, et où un plan de travail serait élaboré entre Etats.

 

La crainte : une opacité inquiétante

 

Internet sans frontières met en garde contre "le risque, une fois encore, de dépasser largement les bornes" en matière de respect de la vie privée. "Le caractère disproportionné de la mise en œuvre de ces programmes et le secret qui entourent parfois leur implémentation est discutable", ajoute l'association.

 

en savoir plus:

 

Cispa , Indect ,


ici et aussi !!!

 

Le créateur d'internet apelle à manifester

Partager cet article

Repost 0
Published by never-surrender - dans internet
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : never-surrender
  • never-surrender
  • : face à l'intoxication des masses...notre devoir est de diffuser l'info censurée!!!
  • Contact

Additif alimentaires industriels dangereux

 

 

Recherche

Observatoire du FN

Twitter

TheChangeBook

English

 

Espana

 

Stay Alert!!!